Coldwater de Vincent Grashaw

Coldwater de Vincent Grashaw

[Critique Cinéma] Saint Amour de Benoît Delépine et Gustave Kervern
[Critique Film] 10 Cloverfield Lane de Dan Trachtenberg
[Critique Cinéma] Julieta de Pedro Almodóvar

Amoureux des films sur les centres de rééducation pour jeunes délinquants ? Le Dog Pound de Kim Chapiron vous a hypnotisé ? Coldwater devrait vous plaire et bien plus encore…

En compétition officielle du Festival 2 Valenciennes, Coldwater est le tout premier film du réalisateur Vincent Grashaw (brièvement remarqué par son apparition dans le délirant Bellflower). Et quel film ! D’une violence animale saisissante, ce drame dépeint avec intelligence l’enfer de ces camps pour jeunes censés leur remettre les idées en place. Surveillants sadiques, boss alcoolique, tortures morale et physique… rien ne leur est épargné. Néanmoins, malgré un sujet à double tranchant (il est très facile de tomber dans le sensationnalisme quand on parle du milieu carcéral) Vincent Grashaw maîtrise parfaitement son sujet et l’entraîne sur le terrain du thriller dramatique avec brio.

Coldwater est également l’occasion de découvrir un acteur dont c’est le tout premier rôle : PJ Boudousqué. Certes sa ressemblance frappante avec Ryan Gosling (Lost River) l’aide et il en joue énormément (notamment au niveau des gros plans) mais il parvient avec une aisance déconcertante à donner de la profondeur à son personnage et à l’entrainer avec brio dans une multitude d’émotions. C’est par lui que l’émotion passe, c’est lui qui transforme le film en une œuvre magnétique dont on aura bien du mal à se détacher.

Au niveau de la technique, malgré certaines maladresse (notamment au niveau des flashbacks qui n’avaient au final que peu d’intérêt) et un dernier quart d’heure qui aurait gagné en intensité s’il avait été raccourci de quelques minutes, Coldwater reste un excellent exercice de style bien au dessus de la moyenne. La caméra capte la moindre parcelle d’émotion, la mise en scène de la violence est parfaitement maîtrisée et la bande son confère à l’atmosphère une aura particulièrement malsaine. Une oeuvre âpre, sans concession dont il serait dommage de se priver le 11 juin prochain.

 

Informations Complémentaires :

Date de sortie : 9 juillet 2014
Réalisé par : Vincent Grashaw
Avec : P.J. Boudousqué, James C. Burns, Chris Petrovski
Durée : 1h44min
Genre : Drame
Nationalité : Américain
Distributeur : KMBO

Synopsis : Brad Lunders est un adolescent envoyé de force par sa mère dans un camp de rééducation situé en pleine forêt. Le contact avec l’extérieur lui est impossible. Dans cet établissement, des choses étranges se passent, le personnel abuse de son pouvoir. Brad tente alors de s’en échapper.

coldwater critique film vincent grashaw pj boudousqué

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
  • comment-avatar

    […] des critiques disponibles sur La Critiquerie : Tom à la Ferme Coldwater Joe Comme le Vent My Sweet Pepper Land D’une vie à l’autre Dancing in […]