[Critique] Ce qui nous lie de Cédric Klapisch

[Critique] Ce qui nous lie de Cédric Klapisch

[Critique] Lion de Garth Davis
[Critique] Le Cercle – Rings de F. Javier Gutiérrez
[Critique] The Last Face de Sean Penn

Après un bref passage sur le petit écran pour les besoins de la délirante série « Dix pour cent », le cinéaste Cédric Klapisch est de retour au cinéma avec « Ce qui nous lie », une comédie dramatique sincère en plein cœur des vignobles français.

Jean a quitté sa famille et sa Bourgogne natale il y a dix ans pour faire le tour du monde. En apprenant la mort imminente de son père, il revient dans la terre de son enfance. Il retrouve sa sœur, Juliette, et son frère, Jérémie. Leur père meurt juste avant le début des vendanges. En l’espace d’un an, au rythme des saisons qui s’enchaînent, ces 3 jeunes adultes vont retrouver ou réinventer leur fraternité, s’épanouissant et mûrissant en même temps que le vin qu’ils fabriquent.

« Ce qui nous lie », une fable pleine de bons sentiments qui fait un bien fou au moral

Un trio composé d’acteurs qui ont le vent en poupe et d’une crédibilité sans faille, une histoire familiale propice à faire pleurer dans les chaumières et la campagne française en toile de fond. Il n’en faut pas plus à Cédric Klapisch pour réaliser un film tantôt émouvant, tantôt tordant (merci François Civil !) qui, in fine, fait un bien fou au moral. Certes, certains pourront arguer que le cinéaste ne va jamais au bout de ses réflexions, qu’il reste constamment à la surface et ne parvient pas à emmener son film en-dehors des sentiers battus. A ses arguments légitimes (rien de nouveau sous le soleil, hélas…) nous rétorquons simplement que Cédric Klapisch parvient néanmoins à nous faire passer par tout un tas de belles et bonnes émotions.

Vibrer, rire, frémir, sourire, sentir les sanglots monter… N’est-ce pas, au final, la plus belle preuve de réussite d’un film ? Si tel est votre point de vue, foncez découvrir « Ce qui nous lie » au cinéma dès le 14 juin 2017. Vous sortirez de la séance le cœur léger et avec une folle envie de voyager. Si, au contraire, vous êtes du genre à vouloir être surpris en permanence (comme avec « Saint Amour » avec Gérard Depardieu pour n’en citer qu’un)… Allez le voir quand même. Et revenez nous dire si, vraiment, ce film ne vous a pas touché.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0