Un « Rodeo Drive » qui secoue le cocotier rose-sang de nos émotions les plus noires

Un « Rodeo Drive » qui secoue le cocotier rose-sang de nos émotions les plus noires

Pourquoi faut-il absolument découvrir « Anquetil tout seul », pour sa dernière semaine au Studio Hébertot ?
« Pour un oui ou pour un non », un piège textuel déceptif
« La visite », un huis clos digne des plus grands thrillers au Théâtre Montmartre Galabru

C’est au Théâtre Aktéon que nous découvrons cette nouvelle pièce très créative du jeune Jude Martin. Un spectacle qui se joue d’une comédie couleur pastel, pour mieux nous piquer de son thriller plus qu’intriguant, sur le fil d’une ambiance diabolique, mélangeant le soufre à l’enfance.

Un univers noir arc-en-ciel pour un malaise croissant

Amateurs de sensations fortes, vous serez servis ! Vous ressortirez de ce spectacle estomaqués, chamboulés, remplis d’images terribles comme de très jolies choses. Le début est fort amusant. L’ambiance, un bijou précieux soigneusement taillé, commence par un focus sur la Barbie déprimée Rachel et son Ernest peu causant de mari. Ce conte de fée pop-électro absurde dérive chaque jour plus loin, gorgé d’ennui et de non-dits devant l’écran de la télévision… Jusqu’à ce que Quentin, figure diabolique sous des airs de Dandy blond peroxydé, s’impose avec sa jolie Baby chez le couple décoloré. De leurs couleurs pastel et leur verbe haut, ils explosent en 1 000 morceaux la vie morose de ce couple muet au cœur pourri. Les vêtements et les décors font la fête aux couleurs pastel, bleues et roses. Dans cette comédie dramatique, les chorégraphies enfantines et la musique tonique se jouent de contrastes absurdes qui nous questionnent intelligemment sur la vie de couple.

« Mon mari ne jure que par Hollywood, parfois je le vois en noir et blanc ! » – Baby

Cette alternance entre un amusement enfantin et la violence diabolique, le badinage mondain et un (presque) échangisme, nous terrifie. C’est, sans doute, le point fort de ce spectacle. Arriver à étonner, manipuler en quelque sorte le spectateur et complètement rebasculer l’intrigue. On ne sait d’ailleurs plus qui vit avec qui, ni pourquoi ou comment. Mais on sait que les choses iront de mal en pis. Le réalisme et la mise en scène du meurtre final, diablement efficace, a glacé le sang de La Critiquerie. « Rodéo Drive », dont le titre excellent restera longtemps en notre mémoire, nous a positionné de force le cœur à l’envers. Et c’est peu dire que la douleur perturbe notre sensibilité. Bien sûr, cette pièce parlera à chacun selon son propre vécu, et son histoire personnelle. À vous de vous faire un avis !

Fortement troublés de ce manège terrifiant comme amusant, nous avons souhaité en savoir plus. L’auteur, Jude Martin, a accepté de répondre à nos questions. Rencontre.

Jude Martin, le but de la pièce est-il de choquer le spectateur ?

Non, mon credo n’est pas de choquer à tout prix, mais avant tout d’amener le spectateur à s’interroger sans cesse, et à proposer des créations qui sortent des sentiers battus. Le reste n’est plus vraiment de mon ressort. En ce qui concerne l’histoire, sa compréhension peut s’avérer complexe. Il n’est pas évident de recevoir immédiatement la clé de la trame, néanmoins chacun est libre de construire sa propre opinion. Et après tout, je ne fais pas du théâtre pour expliquer, mais pour montrer.

Comment avez-vous travaillé ce spectacle ?

Frédérique Sorel et moi tenions formellement à instaurer un climat à la fois absurde et tragique. Certaines scènes de Rodeo Drive peuvent heurter, créer un certain malaise, et je l’accepte pleinement. J’ai également composé la musique de Rodeo Drive, du moins les morceaux qui jalonnent la pièce et établissent la connexion entre chaque scène.

Quel est votre parcours ?

Je suis diplômé depuis 2015 du Cours Florent, comme les autres membres de l’équipe. J’ai 25 ans, et « Rodeo Drive » est ma seconde pièce montée. J’ai débuté avec une première création dramatique, « Trêve », à l’automne dernier.

« Jouer a la même importance que l’écriture » – Jude Martin

Auteur : Jude Martin
Artistes : Mathilde Chabin-Guignard, Philippe Delamare, Frédérique Sorel, Jude Martin
Metteur en scène : Frédérique Sorel

Informations pratiques : « Rodeo Drive » se joue tous les vendredis et samedis à 19h30 au Théâtre Aktéon, 11 Rue du Général Blaise dans le onzième arrondissement de Paris. Un théâtre où nous avions découvert Gutenberg – Le musical.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0