[Critique Série] Snatch – Saison 1

[Critique Série] Snatch – Saison 1

[Critique Série] Taken – Saison 1
[Critique Série] Santa Clarita Diet – Saison 1
[Critique Série] BoJack Horseman – Saisons 1 à 3

Dix-sept ans après le film de gangsters devenu culte de Guy Ritchie, « Snatch », une série s’inscrivant dans l’univers du long-métrage voit le jour. Idée payante ou simple coup de pub ? Si les prochains épisodes poursuivent sur la lancée du pilote, ça sent plutôt bon…

Le pitch : Albert Hill (Luke Pasqualino), jeune malfrat dont le père est un caïd respecté de tous actuellement en prison, tente de voler de ses propres ailes. Dans cette longue entreprise semée d’embuches, il peut compter sur Charlie Cavendish (Rupert Grint) et Billy Ayers (Lucien Laviscount), deux fidèles compagnons, plein de bonnes intentions mais souvent à côté de leurs pompes…

Critique du pilote de la série « Snatch »

Oubliez les Jason Statham, Benicio Del Toro et autres Brad Pitt du film incontournable du cinéaste britannique Guy Ritchie. La série « Snatch » fait appel à des acteurs issus de la nouvelle génération comme Luke Pasqualino (« Skins », « The Musketeers ») ou encore Rupert Grint, incontournable Ron Weasley de la saga « Harry Potter » qui tente désespérément de casser son image d’apprenti sorcier depuis des années. Un choix de casting sur lequel il est facile d’émettre des doutes en amont, mais qui devient pleinement légitime dès les premières minutes du show de la chaîne Crackle. Crédible en bandits maladroits ou en caïd totalement fucked up du ciboulot (coucou Ed Westwick !) et dotée d’un capital sympathie à toute épreuve, cette jeune génération n’a rien à envier à ses illustres aînés. A cela s’ajoute une mise en scène nerveuse calquée sur « Snatch » premier du nom (ce qui n’est pas pour nous déplaire), des dialogues délirants comme on les aime et un scénario qui promet de belles situations totalement barrées. Pas la série la plus innovante et captivante du moment comparée à « Legion », « Snatch » n’en reste pas moins une excellente fiction qui remplit parfaitement son rôle de divertissement. Dans la mesure où on ne lui en demandait pas forcément plus…

On se retrouve dans neuf épisodes pour infirmer ou confirmer nos propos. D’ici là, on vous souhaite un bon binge watching !

Luke Pasqualino et Lucien Laviscount, deux des trois figures de proue de la série « Snatch ».

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0