Gaston Lagaffe, une exposition surprenante au Centre Pompidou

Gaston Lagaffe, une exposition surprenante au Centre Pompidou

La petite maison en liège du pianiste Marino Formenti, une performance passionnée dans le jardin de la fondation Calouste Gulbenkian à Lisbonne
Magritte, une exposition surréaliste au centre Pompidou de Paris
« Coluche », l’exposition hommage actuellement à l’Hôtel de ville de Paris

Jusqu’au 10 avril, partez à la découverte du personnage culte du dessinateur André Franquin, Gaston Lagaffe. Une exposition construite en quatre parties, dans laquelle la profondeur de ce gaffeur au grand cœur et la tendre ironie qui l’anime nous donnent envie de nous replonger dans les bandes dessinées. Pour mieux en déceler tous les niveaux de lecture…

Intelligente et complète, l’exposition du Centre Pompidou nous fait prendre conscience de la passion qui anime André Franquin dès qu’il s’attarde sur son personnage culte. Car peu le savent, mais ce gaffeur, qui fait enrager tous ses collègues, était à l’origine un bouche-trou. C’est-à-dire un trublion créé dans le seul but de combler les trous narratifs dans le journal de Spirou. Il manque une page au journal ? Pas de soucis, un gag autour de Gaston Lagaffe est ficelé vite fait bien fait pour y remédier. Un fonctionnement qui a duré des années. Sauf qu’au bout d’un moment, André Fraquin et le public ont commencé à en demander plus, beaucoup plus. Gaston a ainsi eu le droit à plusieurs pages dédiées à ses (més)aventures, jusqu’à devenir le héros de sa propre bande dessinée.

Gaston Lagaffe, un personnage apolitique ? Pas sûr…

Si André Franquin décrit au départ un employé un peu gauche totalement hermétique au monde qui l’entoure, il finit par donner de la profondeur à sa création. Au fil des parutions, Gaston Lagaffe devient ainsi plus acerbe. Il n’hésite pas à donner son opinion de manière plus ou moins implicite sur la politique, l’environnement et tous ces maux qui rongent la société française comme le chômage et la répression policière. Un parti pris inattendu de la part d’André Franquin, puisque le dessinateur s’était jusqu’à présent toujours refusé de commenter l’actualité. S’en suit la naissance d’Idées Noires, une série de bande dessinée créée en 1977 pour Le Trombone illustré, supplément de Spirou, et poursuivie dans Fluide glacial jusqu’en 1983. Gaston Lagaffe est désormais un adulte, son discours a mûri, son public aussi.

Les Idées Noires de Gaston Lagaffe

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
  • comment-avatar

    […] pas en reste. Benoit Soles semble rebondir de tout son corps élastique, à la manière d’un Gaston Lagaffe qui aurait bu une dizaine de cafés noirs très forts. On s’amuse comme des petits fous dans […]