[Infographie] Top 5 des films de Luc Besson

[Infographie] Top 5 des films de Luc Besson

[Infographie] Disney et ses remakes live action
[Infographie] Des héros méconnus, en cinq films
[Infographie] Denzel Washington en 5 rôles badass

À quelques mois de la sortie du très attendu « Valérian et la Cité des mille planètes » avec Dane DeHaan et Cara Delevingne, La Critiquerie a tenté d’établir le Top 5 des meilleurs films du réalisateur Luc Besson. Et laissez-nous vous dire que la tâche ne fut pas un jeu d’enfants. Loin de là…

Comment ? Vous n’arrivez pas à visualiser notre superbe infographie consacrée au réalisateur Luc Besson ? Voici la version texte. Comme ça, pas de jaloux.

5 – Jeanne d’Arc (1999)

Sa popularité toujours au sommet, le plus américain des réalisateurs français décide de faire jouer à nouveau sa femme, Milla Jovovich, dans le biopic centré sur Jeanne d’Arc. Intense, violent et bouleversant, le film est un chef-d’oeuvre de mise en scène et de direction d’acteurs. Du grand Besson !

4 – The Lady (2011)

Après de nombreux ratés tant au niveau de ses réalisations que de ses choix de producteurs, Luc Besson revient avec le superbe « The Lady », nouveau biopic qui met en lumière le combat et les années d’incarcération d’Aung San Suu Kyi, femme politique birmane qui se dresse contre la junte et lutte pour qu’une démocratie naisse dans son pays. C’est humble, c’est sobre, c’est beau. Très beau même.

3 – Le Cinquième Élément (1997)

Et si Luc Besson avait réalisé le plus grand film de SF du 20e siècle ? Ou du moins le plus jouissif ? La réponse est claire comme de l’eau de roche pour quiconque a regardé « Le Cinquième Élément ». Personnages cultes, univers d’une richesse ébouriffante, scénario palpitant, bande son envoûtante… On a beau chercher, on ne trouve pas un seul défaut à ce petit bijou du genre. Et en plus il vieillit très bien !

2 – Léon (1994)

Après « Nikita » en 1990, Luc Besson offre au personnage du tueur solitaire et taciturne déjà incarné par Jean Reno un film à part entière avec « Léon ». Une histoire d’amitié bouleversante entre une gamine au caractère bien trempé et un vieux briscard qui se redécouvre à travers le regard fougueux de cette dernière. À noter que ce drame d’une noirceur parfois abyssale possède un des meilleurs trio d’acteurs du 7e Art : Jean Reno, Natalie Portman et l’inégalable Gary Oldman.

1 – Le Grand Bleu (1988)

Un choix étonnant diront certains, évident déclareront d’autres. Après réflexion, « Le Grand Bleu » est notre film préféré de Luc Besson. Le plus abouti et le plus bouleversant à nos yeux. Duo d’acteurs formidable, histoire passionnante sur l’amitié, les rêves inavoués, l’amour, mise en scène envoûtante et bande originale rapidement devenue culte. Que demander de plus ? Le Luc Besson de cette époque était un tueur. Ni plus, ni moins.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
  • comment-avatar

    […] rassuré, si Luc Besson se targue de nous dévoiler à nous pauvres mortels les miracles possibles si nous utilisions 100% […]

  • comment-avatar

    […] de Luc Besson : la nouvelle bande annonce avec Dane Dehaan et Cara Delevingne est là […]

  • comment-avatar

    […] de mode ou pas, l’exposition parle à tous. On y voit les tenues crées par le couturier pour les films de Luc Besson, d’Almodovar, pour les concerts de Beth Ditto, Madonna ou Prince…(la liste est longue). […]

  • comment-avatar

    […] son ascension pour devenir le futur grand acteur de nanar après Sir Val Kilmer. Ou bien à Luc Besson, ogre sans âme ressemblant à l’oiseau de Twitter prêt à tout pour s’en mettre plein […]

  • comment-avatar

    […] de Parkourer, Brick Mansions débarque cette semaine sur nos écrans. De mauvais goût ou non, le film produit par un Luc Besson qui a définitivement touché le fond ne peut attirer les spectateurs que grâce à la présence du […]

  • comment-avatar

    […] est une série directement inspirée du film de Luc Besson du même nom. Le personnage de Nikita est un savant mélange de Sidney Bristow, d’Alias et Echo […]

  • comment-avatar

    […] Entre hommage aux films de mafieux et comédie franchouillarde (parsemée de clichés), le film semblait placer la barre haut. Si on ajoute à ça des têtes d’affiches à faire pâlir les grands d’Hollywood, on est en droit de s’attendre à une explosion de saveur. Mais loin de la cuisine fusion on se retrouve face à une bouillie sans charme qu’on tente d’avaler tout rond pour faire passer l’arrière goût amer. Du débarquement de la famille en Normandie à la scène de fin, bâclée, le temps passe doucement, nous plongeant dans la torpeur Bessonienne qui à chaque film s’éloigne un peu plus de ses Grand Bleu et 5ème élément. […]

  • comment-avatar

    […] rien à l’histoire. C’est avec ce genre de détails qu’on voit toute l’influence de Luc Besson sur le réalisateur qui rajoute des scènes inutiles qui ralentissent le rythme du film. […]