« Amphitryon », on voit double avec or et panache au théâtre de Poche !

« Amphitryon », on voit double avec or et panache au théâtre de Poche !

Une « Projection Privée » piquante et déstabilisante au Lucernaire
Ludwig, ou les joies pures de la jeune création théâtrale !
« Orchestre Titanic », l’écho slave dans les tréfonds de la mélancolie joyeuse

Connaissez-vous un peu la mythologie romaine ? Dans ce spectacle éblouissant créé au Mois Molière de Versailles et au Festival d’Anjou, le magnifique texte en vers, le maquillage, les perruques, le jeu des comédiens, les décors chimériques nous embarquent dans un jeu de rôle à la romaine, où l’éloquence est reine.

Quand le Dieu des Dieux descend sur terre.

L’histoire écrite par Molière hiver 1667 sous le règne de Louis XIV, est celle de Jupiter (le roi des Dieux et des hommes selon la mythologie romaine) qui descend sur terre sous les traits d’Amphitryon, dans l’objectif de séduire sa belle épouse Alcmène. Là où ça se corse, c’est que de son côté Mercure, serviteur de Jupiter, utilise la même tricherie en empruntant les traits du valet d’Amphitryon, le bien dénommé Sosie ! Forcément les sosies se croisent., offrant les situations les plus folles aux spectateurs médusés. Les Dieux et les hommes se mélangent et les spectateurs, hilares, se régalent des tirades sur l’Amour et le mariage (« 15 ans de mariage épuise les pardons ! »). On adore le premier tableau très esthétique avec la lune, les étoiles et Jupiter.  « Madame La nuit » converse avec Jupiter, et bientôt la nuit drape le soleil. Des magnifiques décors, costumes et visages peints se dégagent une poésie et une élégance rares. Le jeu élégant des comédiens est soutenu, les réparties sont vives. Particulièrement, les comédiens qui incarnent Amphitryon et son sosie sont incroyables. Ils brillent de partout, rugissent comme des lions et font preuve d’une énergie et d’une diction sans faille, au service de nos zygomatiques. La mise en scène nous réserve de nombreux clins d’oeil, parmi lesquels ce moment de joie moderne avec la danse joyeuse de Cléanthis. Vous l’aurez compris, La Critiquerie est tombée sous le charme de cette pièce esthétique et rythmée, qui a le chic de toujours nous surprendre.

Note de la metteur en scène Stéphanie Tesson

« Il ressort de cet Amphitryon que Jupiter n’est pas plus maître de ses sentiments et de son expérience amoureuse que la pudique Alcmène, emportée par un élan passionné pour son abuseur. Ce dieu qui se fait homme, prend tous les caractères de sa métamorphose et devient le témoin impuissant et sensible des mouvements nouveaux qui se font jour en lui. Aborder la pièce ainsi que Jupiter et Mercure abordent l’aventure, non en terrain conquis, mais dans un état de disponibilité absolue à ce qui va advenir, donner à chaque événement la possibilité de s’exprimer pleinement, s’offrir à l’imprévu et l’accueillir comme seule certitude, laisser faire l’instant, toutes ces intentions nous ont semblé être la voie la plus fidèle à l’esprit de Molière et un hommage à tout acte créateur. » – Stéphanie Tesson

C’est moi qui suis sosie, enfin !

Auteur : Molière

Artistes : Jean-Paul Bordes, Benjamin Boyer, Antony Cochin, Yannis Baraban, Odile Cohen, Mathias Maréchal, Guillaume Marquet, Laurent Collard, Christelle Reboul, Nicolas Vaude

Metteur en scène : Stéphanie Tesson

Crédit photo : Pascal Gely

Informations pratiques : « Amphytrion » se joue du mardi au samedi à 21h, dimanche à 15 h au théâtre de Poche, jusqu’au 30 Décembre 2017. Au Poche, on aime l’accueil, la programmation impeccable sans être ennuyeuse et l’amour du Spectacle Vivant, qui suinte à travers la créativité ambiante.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0