Le réjouissant « A fond » au Festival « Traits d’Union » #2 du Théâtre El Duende

Le réjouissant « A fond » au Festival « Traits d’Union » #2 du Théâtre El Duende

[Concours] Bouquet Final : des places de la pièce de théâtre à gagner !
« La putain du dessus », l’ironie grecque explosive s’affiche à La Huchette
« Une petite douleur » de Harold Pinter, ou le couple bourgeois mis en scène par Caroline Melerski

Ambiance roulage de joints « tranquilles », entre potes, la pièce « À FOND » est un moment piquant. La fable réaliste d’un jeune homme bordelais, Luc, qui essaie de changer de vie pour Paris. On savoure ce théâtre de l’instant et de l’absurde, où le malaise et les sentiments se jouent des personnages, et du public.

« À FOND » – LE PITCH

Alex et Rémy, deux jeunes hommes «moyens», issus d’une commune sans doute «moyenne», semblent passer leurs journées assis au bord d’une voie ferrée, à regarder les trains.
Luc, lui, tout aussi «moyen», prend le TGV pour partir à Paris. Au wagon-bar, il rencontre Marion, apparemment parisienne.

«C’est tout ?», pensez-vous peut-être. — Quasiment.
«Mais c’est insignifiant votre truc…» — Précisément.
«Dites-en plus !» — Attendez, on va pas tout dire non plus.
«Mais ensuite? Ca raconte quoi ?» — Ben, devinez.
«On veut savoir !» — On peut pas tout savoir dans la vie.
«Ben on viendra pas.» — Ben ok.
«Super !» — Ben oué.
«Super !» — Ben oué. C’est comme ça.

«Bon ok on va quand même venir parce que quand même voilà, mais franchement…» — De quoi?
«C’est abusé !» — Ben oué. Désolé.

Le (presque) couple Luc – Marion à Paris, se joue en miroir d’Alex et Rémy, à l’arrêt.

Chef de projet dans « la com », Marion rencontre Luc (et sa lenteur intellectuelle) au wagon-bar du train Bordeaux-Paris. Une scène hilarante, où le malaise est le troisième personnage. Marion s’écoute raconter sa petite vie parisienne. Très vite, on se rend compte que les deux jeunes n’ont pas le même vocabulaire. Ils s’engluent dans la gêne et ne se comprennent décidément pas. Mais Marion veut être amie avec Luc, leurs deux solitudes se touchent et se répondent. La jeune femme persévére et entraîne Luc dans sa vie parisienne faite de fêtes et de rencontres. On découvre avec délice tout un tas de petites scènes savoureuses entre Marion et Luc. Dans le métro parisien, Marion se blottit contre Luc, qui ne voit rien. Dans un ascenceur en panne, les choses vont peut être enfin démarrer…Pendant ce temps, dans la région bordelaise, Alex et Rémy se querellent sur le sacro-saint roulage de joint. La morale de cette pièce existe-t-elle ? Luc finit par revenir à la case départ, fumer des joints avec sa bande devant les trains qui filent vers Paris. On découvre alors un moment d’émotion très touchant. Et c’est peut-être finalement dans cet instant fugace, la raison de cette pièce. L’auteur et metteur en scène Luc Henaff nous faire rire, beaucoup, et sans crier gare dans un virage nous surprend avec une émotion pure. On adore ces comédiens, et leur formidable écoute. Ce jeu « vrai » et hilarant détend nos neurones et notre palpitant bat plus calmement. Le moment est agréable, et on se demande comment font ces comédiens pour jouer ce texte centré sur l’instant, une presque improvisation permanente. Tout l’art ici est de faire vivre le théâtre dans un instant présent, gorgé de vérité et sans but moralisateur.  « À FOND » est une pièce atypique, qui s’amuse des codes, à voir de toute urgence.

Ecriture et mise en scène : Lucas Henaff, assisté d’Amélie Robin
Affiche et scénographie : Bérangère Sabatier
Comédiens : Sylvain Begert, Marjorie CIiccone, Paul Delbreil, Nicolas Guillemot.

Le festival Traits d’Union est dédié aux jeunes compagnies de spectacle vivant contemporain, dont les créations abordent des thèmes de société.

La Compagnie les Entichés organise du 11 au 28 janvier 2018 au Théâtre El Duende (lieu de culture important à Ivry-sur-Seine) la 2ème édition de son festival Traits d’Union. Après la thématique de la discrimination en 2017, cette année le thème est « Les Frontières ». Six compagnies présentent leur spectacle sur une durée de trois semaines pour un total de douze représentations. À cela s’ajoute un jeune photographe exposé chaque semaine, soit trois vernissages sur le mois. Des bords plateaux permettront à des discussions et à des échanges d’éclore entre les jeunes artistes et le public. Et chaque semaine se clôturera sur une soirée spécifique, invitant régulièrement des jeunes musiciens du Val de Marne à se présenter pour l’occasion. Les Partenaires du Festival sont Gare au Théâtre, Théâtre Antoine Vitez, 94 citoyens, BNP-Paribas, La Villa Mais d’Ici, Actisce Les Halles-Le Marais, La Jonquière, Point du jour, le département du Val-de-Marne, la Ville d’Ivry-sur-Seine.
Le théâtre El Duende se situe au 23 Rue Hoche, 94200 Ivry-sur-Seine (Métro : terminus Mairie d’Ivry, ligne 7; Bus : ligne 132/323 arrêt Jean Le Galleu).

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0