Le glaçant « Froid », du collectif La fièvre au Festival « Traits d’Union » #2 du Théâtre El Duende

Le glaçant « Froid », du collectif La fièvre au Festival « Traits d’Union » #2 du Théâtre El Duende

« Juste la fin du monde « , la famille logorrhéique selon Lagarce
« Être ou Paraître » le langage saisissant du corps et du coeur au Studio Hébertot
Un « Bouquet Final » qui sème le chaos à la Comédie Caumartin

Ce spectacle porte bien son nom. Une histoire qui commence de manière « banale » : 3 jeunes suédois de banlieue nationalistes s’apprêtent à quitter l’école, mais pour aller où ? Chaussettes-claquettes, survet’ Adidas, Keith, Anders et Ismael boivent pour fêter leur dernier jour d’école. Jusqu’à ce que Karl le bourgeois adopté passe par là…

La tragédie de la haine du monde

« Plus je bois, plus je suis à jeun » s’amuse l’un des jeunes nationalistes suédois. L’autre un peu niais a peut-être oublié de prendre « ses médocs ». « Les musulmans ne sont pas des humains » sort soudainement un jeune de la bande désoeuvrée. Entre les cris et les bières, le trio se raconte des vérités essentielles, leurs secrets traumatiques. Les débuts plutôt maitrisés de racisme ordinaire laissent place à une cacophonie ultra-violente, où tout part dans tous les sens. La violence endurcit les propos, puis une baston dramatique éclate avec Karl, jeune suédois plutôt bourgeois qui devait rejoindre ses amis pour « fêter le bac », une bouteille de champagne au bras. Et la scène bascule dans l’horreur. La bande ne sait plus pourquoi elle déteste ce camarade de classe. Son destin est scellé. « C’est la guerre putain ! » La scène de la mise à mort de Karl est terrible et magnifique à la fois. On aime l’énergie du début entre ces 3 jeunes, que l’on pourrait identifier à nos jeunes de banlieue. La fin nous a clairement traumatisés. L’énergie est intéressante mais cette histoire nécessite de la canaliser pour ne pas trop brouiller le message. La scène finale de mise à mort, bien trop longue à notre goût, est accompagnée de pénibles flashs de lumière. « Froid » comporte de bonnes idées, mais la réalisation ne nous a pas totalement séduit. Ce spectacle énergique et surprenant est clairement à ne pas mettre devant tous les yeux. Une expérience théâtrale à faire, dont vous ne sortirez pas indemnes.

Le festival Traits d’Union est dédié aux jeunes compagnies de spectacle vivant contemporain, dont les créations abordent des thèmes de société.

 La Compagnie les Entichés organise du 11 au 28 janvier 2018 au Théâtre El Duende (lieu de culture important à Ivry-sur-Seine) la 2ème édition de son festival Traits d’Union. Après la thématique de la discrimination en 2017, cette année le thème est « Les Frontières ». Six compagnies présentent leur spectacle sur une durée de trois semaines pour un total de douze représentations. À cela s’ajoute un jeune photographe exposé chaque semaine, soit trois vernissages sur le mois. Des bords plateaux permettront à des discussions et à des échanges d’éclore entre les jeunes artistes et le public. Et chaque semaine se clôturera sur une soirée spécifique, invitant régulièrement des jeunes musiciens du Val de Marne à se présenter pour l’occasion. Les Partenaires du Festival sont Gare au Théâtre, Théâtre Antoine Vitez, 94 citoyens, BNP-Paribas, La Villa Mais d’Ici, Actisce Les Halles-Le Marais, La Jonquière, Point du jour, le département du Val-de-Marne, la Ville d’Ivry-sur-Seine.
Le théâtre El Duende se situe au 23 Rue Hoche, 94200 Ivry-sur-Seine (Métro : terminus Mairie d’Ivry, ligne 7; Bus : ligne 132/323 arrêt Jean Le Galleu).

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0