« Une bouteille à la mer », la jeunesse israélo-palestinienne vibre sur la scène du théâtre El Duende (festival Traits d’Union#2)

« Une bouteille à la mer », la jeunesse israélo-palestinienne vibre sur la scène du théâtre El Duende (festival Traits d’Union#2)

« Le renard envieux qui me ronge le ventre », la nouvelle pépite de la Cie des entichés !
La pièce « Légende d’une vie » de Zweig nous embarque en 1919 au Lucernaire
« La putain du dessus », l’ironie grecque explosive s’affiche à La Huchette

La compagnie de briques et de craie offre sur la scène du théâtre El Duende(lieu culturel solidaire et citoyen d’Ivry-sur-scène) un formidable spectacle théâtral et musical, d’après le roman de Valérie Zenatti. Doux et entraînant, le texte épistolaire offre un parler moderne et familier, ici intelligemment mise en scène.  

Une crise identitaire sincère sur le fil des barbelés de Gaza

« Jérusalem, 9 septembre 2003

Dans un climat de guerre perpétuelle Tal ne comprend pas les attentats, les explosions, les opérations militaires…
Elle aimerait pouvoir poser des questions, partager ses doutes, dialoguer avec quelqu’un de son âge, avec une Palestinienne par exemple, qui habiterait de l’autre côté du mur.
Un jour, elle décide d’écrire une lettre, qu’elle enferme précautionneusement dans une bouteille et que son frère Eytan, en service militaire à Gaza, ira jeter dans la mer.
Ce jour-là, Naïm, un jeune gazaoui, est étendu sur le sable, il se laisse à rêver de liberté quand un objet pointu le fait sortir de sa torpeur. Celui-ci trouve la bouteille…. » (Dossier de presse)

Une pièce moderne et vibrante

Du tintement des coupes de champagne lors des accords d’Oslo (de 1991 à 1994) à l’assasinat du 1er ministre Yitzhak Rabin (le , « Une bouteille à la mer » donne de la chair et de la vie à la jeune société israélo-palestinienne dans les premières années Internet. Mieux, ce spectacle met en scène une presque histoire d’amour virtuelle entre la sage israélienne Tal et le palestinien ironique Naïm, à la dégaine post-adolescente touchante. On aime l’usage de la voix off et le décor puissant fait d’imposants barbelés posés sur du sable, évoquant parfaitement « Gaza beach » et la frontière qui sépare les deux protagonistes.

Par emails interposés, ces deux jeunes se posent beaucoup de questions. Les palestiniens doivent-ils être tenus « collectivement coupables » du meurtre de Yitzhak Rabin ? Quel avenir imaginer dans cet état de siège permanent ? Comment vivre son adolescence en temps de guerre ? Pendant ce temps, deux clarinettistes vêtus de noir arpentent la scène, et figurent parfois la mort. Ne vous y trompez-pas, la pièce a également beaucoup d’humour ! Particulièrement, on aime le personnage tendre et amer de Naïm, porté par le convainquant et chevelu Aurélien Vacher. A contrario, le rôle féminin incarné par Eva Freitas, nous paraît parfois trop lisse.

Sur le magnifique texte de Valérie Zenatti, les vidéos et la musique intégrés au spectacle apportent un autre vecteur d’émotion, très riche. Emporté par l’histoire et la qualité du spectacle, le spectateur a très vite de l’empathie pour ces deux adolescents séparés d’à peine 50 kilomètres, qui se demandent pourtant s’ils se rencontreront un jour. On peut cependant reprocher à cette création un effet miroir parfois trop « propre », par exemple dans l’orchestration du ballet des clarinettistes. A la manière d’un poèmes en Alexandrins et en rimes qui semblerait trop parfait, cette proposition artistique pêche parfois de par un caractère mécanique, qui lui fait perdre un peu de sa fraicheur et potentiellement retenir l’émotion de certains spectateurs.

« Ma tête, c’est chez-moi » – Naïm

Adaptation et Mise en scène : Camille Hazard
Comédiens : Eva Freitas, Aurélien Vacher
Musiciens : Bastien Nouri et Élie Petit

Le festival Traits d’Union est dédié aux jeunes compagnies de spectacle vivant contemporain, dont les créations abordent des thèmes de société.
La Compagnie les Entichés organise du 11 au 28 janvier 2018 au Théâtre El Duende (lieu de culture important à Ivry-sur-Seine) la 2ème édition de son festival Traits d’Union. Après la thématique de la discrimination en 2017, cette année le thème est « Les Frontières ». Six compagnies présentent leur spectacle sur une durée de trois semaines pour un total de douze représentations. À cela s’ajoute un jeune photographe exposé chaque semaine, soit trois vernissages sur le mois. Des bords plateaux permettront à des discussions et à des échanges d’éclore entre les jeunes artistes et le public. Et chaque semaine se clôturera sur une soirée spécifique, invitant régulièrement des jeunes musiciens du Val de Marne à se présenter pour l’occasion. Les Partenaires du Festival sont Gare au Théâtre, Théâtre Antoine Vitez, 94 citoyens, BNP-Paribas, La Villa Mais d’Ici, Actisce Les Halles-Le Marais, La Jonquière, Point du jour, le département du Val-de-Marne, la Ville d’Ivry-sur-Seine. 
Le théâtre El Duende se situe au 23 Rue Hoche, 94200 Ivry-sur-Seine (Métro : terminus Mairie d’Ivry, ligne 7; Bus : ligne 132/323 arrêt Jean Le Galleu).

PROGRAMMATION du festival du jeudi 11 janvier au dimanche 28 janvier 2018.

// Musique //

Les samedi à partir de 23h

13 janvier : soirée de lancement avec les musicien du Duende

20 janvier : live de Korfall (créateur musical de la cie les Entichés)

27 janvier : soirée de cloture avec les musicien du Duende

// Spectacles vivants //

Les jeudis, vendredi et samedi à 20h30 / dimanche à 19h

11 et 12 janvier : Une bouteille à la mer d’après le roman de Valérie Zenatti, mis en scène par Camille Hazard

13 et 14 janvier : Froid de Lars Noren, mis en scène par Romain Bouillaguet et Emmanuel Pic

18 et 19 janvier : À fond, écrit et mis en scène par Lucas Henaff

20 et 21 janvier : Les Fugitifs, écrit et mis en scène par Léo Thomas

25 et 26 janvier : Populaire, écrit et mis en scène par Roxane Driay

27 et 28 janvier : Coeur(s) de bouffonne(s), écrit et mis en scène par le collectif La Meute

// Spectacles vivants hors sélection officielle //

Les dimanche à 15h

14 janvier : Mnémosyne, chorégraphié par Nawal Oulad

21 janvier : Au pied du mûr, documentaire de Zaïd Sahebdin et Mathias Pradenas et Démonstre-moi, chorégraphié et interprété par Illiass Mjouti

28 janvier : Maudite Révolution, d’Olivier Tonneau par la Cie Tabasco

// Vernissages et expositions //

Les jeudi à partir de 18h

11 janvier : Joséphine Brueder (exposée jusqu’au 28)

11 janvier : Ozal Emier (exposée jusqu’au 14)

18 janvier : Juliette Clénet (exposée juqu’au 21)

25 janvier : Imane Djamil (exposée juqu’au 28), performance de la Cie Crépuscule (25, 26, 27, 28)

 

TARIFS :

Tarif plein 12,50 / Tarif réduit 10

Théâtre El Duende, 23 rue Hoche à Ivry sur Seine (94200). Accès : métro Mairie d’Ivry (ligne 7)

 

Pour en savoir plus sur l’actualité de la Compagnie les Entichés :

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0