« CABARET MAI 68 », Barbier et sa joyeuse clique nous font voir rouge au Théâtre de Poche !

« CABARET MAI 68 », Barbier et sa joyeuse clique nous font voir rouge au Théâtre de Poche !

L’humoriste BenH au Sentier des Halles de Paris
« Priscilla folle du désert », la comédie musicale délirante à ne rater sous aucun prétexte
« Je les signe tous », un concert-spectacle intime qui nous touche en plein cœur au Studio Hébertot !

Dans ce cabaret moderne et malicieux, Christophe Barbier s’amuse, porté par son texte dynamique aux accents parfois poétiques, et un mix éclectique de chansons en clin d’oeil aux fameux évènements d’il y a cinquante ans déjà. Le prince des punchlines se régale, et nous emporte dans une ambiance festive où se mêlent les tours de chants, les imitations (délicieusement imparfaites), un souffle d’improvisation et des sketchs potaches.

Les CRS et leur langage codé, Charles de Gaulle, les jeunes, leur ennui et sous les pavés leur envie de révolte pour une liberté neuve

Baskets rouge pétantes, chaussettes rouges, écharpe rouge. C’est bien le journaliste et éditorialiste Christophe Barbier, qui anime notre soirée théâtre. Accompagné de 3 complices et d’un pianiste, l’ambiance chic et libértaire est énergisée par la dégaine adolescente de l’homme des médias, passionné de théâtre de longue date, qui place dès qu’il le peut dans ses articles des métaphores (lyriques) et des références au théâtre. Les spectateurs de cette générale de presse sont accueillis par un Philipe Tesson chevelu et souriant, malgré le fait qu’il ait dû annuler à la dernière minute se participation au spectacle, suite à un pépin de santé. « J’y étais il y a 50 ans, mais je n’y serai pas ce soir. Barbier naissait, alors que j’avais 40 ans. On n’a jamais compris mai 68, peut-être on le saura grâce aux artistes de ce soir ? », s’interroge celui qui dirigeait le journal « Combat » lors des évènements. Juchée sur un tabouret, la belle chanteuse lyrique et comédienne Emmanuelle Goizé nous touche de sa belle voix nuancée. « Mai 68 est un enfant de la prospérité » commence Christophe Barbier. On aime son texte littéraire, et ses tournures de phrases inventives. On retient au vol : « Cohn-Bendit, c’est Poil de carotte qui aurait lu Karl Marx ! » ou encore « La rive gauche de Paris a la gueule de bois ».

« Sous les pavés la rage » – Christophe Barbier

Dans une chronologie nécessaire, intelligemment ponctuée de chansons bien choisies et d’humour, on assiste à un écho de mai 68 : son gaz lacrymo, George Pompidou, Dany le Rouge, etc… « L’histoire est en boucle », poursuit Barbier, en référence aux manifestations anti-Macron qui agitent aujourd’hui le pays. Dans ce cabaret inédit au Poche, on aime l’atmosphère énergique, chic et colorée, où les bourgeois se moquent des jeunes étudiants dandys soudainement passionnés de Mao, partis faire la révolution avec quelques (rares) staliniens contre le risque de « périr d’ennui » dans « le monde de papa ».Avec sa clique survoltée, Christophe Barbier est au Poche comme un poisson dans l’eau. L’équipe artistique de « CABARET MAI 68 » réussit ici le pari de faire revivre avec fraicheur, auprès de toutes les générations, une histoire fondamentale pour notre pays, forcément avec certains partis pris, et surtout donner chair à mai 68. Dans ce presque jeu de rôle, les parodies politiques, parfois hasardeuses, sont profondément teintées de liberté. Ici un accent reconnaissable entre tous, là le sourire particulier de Mitterrand. On savoure particulièrement les rendez-vous hilarants entre les CRS, qui se tiennent au courant du menu du jour, et de ce jeu de piste révolutionnaire géant dans Paris, où les étudiants forment des barricades, quittes à se retrouver dans les « paniers à salade »…

Auteur : Christophe BARBIER

Avec les artistes : Christophe BARBIER, Emmanuelle GOIZÉ, Sylvain KATAN, Pierre VIAL

Et la participation de : Philippe TESSON

Arrangements et piano : Vincent PREZIOSO

Metteur en scène : Stéphanie TESSON

Crédit photo : Pascal GELY

Informations pratiques : le spectacle « CABARET MAI 68 » se joue du 29/05/2018 au 11/07/2018, le mardi et le mercredi à 21h, au Théâtre de Poche Montparnasse, 75 Boulevard du Montparnasse dans le sixième arrondissement de Paris. Soit 13 représentations exceptionnelles, avec relâche le 12 juin 2018.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0