[Critique Livre] Code 93 d’Olivier Norek

[Critique Livre] Code 93 d’Olivier Norek

[Critique Livre] Privé d’origine de Jérémy Bouquin
[Critique Livre] Cardinal Song de Vincent Giudicelli
[Critique Livre] Millénium (tome 1) de Stieg Larsson

Après 15 années de service à la section enquête et recherche du SDPJ 93 (Service Départemental de la Police Judiciaire de Seine-Saint-Denis), Olivier Norek décide de changer de voie. Il devient ainsi écrivain. Le thriller Code 93, son premier roman, nous plonge dans le quotidien de Victor Coste, un policier qui pourrait bien ressembler à cet ancien lieutenant de police… Captivant page après page.

Le scénario du livre Code 93

Un cadavre, fraîchement émasculé, qui se réveille subitement sur la table d’autopsie. Un portable qui vibre dans le bide d’un toxico cramé à l’essence. Malgré quinze années de terrain, le capitaine de police Victor Coste craint le pire. D’autant plus qu’il reçoit d’étranges lettres anonymes l’orientant vers un dossier des plus mystérieux : le Code 93. Le voici plongé dans une enquête sordide qui le conduira des barres de HLM de Seine-Saint-Denis aux cercles très huppés de la capitale. Ou quand la pire des crapules n’est pas forcément le caïd notoire du bas de l’immeuble…

Code 93, un thriller qui se raccroche brillamment à l’actualité

A l’instar du réalisateur Olivier Marchal, le passé d’Olivier Norek au sein des forces de l’ordre lui permet d’être le plus réaliste possible. Malgré l’aspect fictionnel de son roman, on sent un réel vécu au fil de la lecture. Une petite phrase par-ci, une allusion piquante par-là… Ce n’est pas grand-chose, mais c’est suffisant pour nous plonger dans le quotidien d’hommes et de femmes dévoués à leur métier, à leurs missions.

Code 93 se transforme ainsi dès le prologue en un thriller-vérité fascinant. Un livre qui nous dévoile un territoire pointé du doigt par les médias à la moindre occasion. Un monde avec ses codes et ses rites bien à lui. Le tout sous couvert d’une enquête qui parvient à tenir en haleine jusqu’à l’apparition salvatrice de l’épilogue, unique respiration possible au coeur d’un récit nerveux à souhait. A noter également le brillant retournement de situation final. Là où on s’attendait tout compte fait à une enquête des plus « basiques », Olivier Norek se raccroche aux wagons d’un des projets à venir les plus importants de Paris. D’où notre interrogation : notre monde est-il aussi pourri que cela ? Une question purement réthorique nous en avons conscience…

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0