[Critique] Gaspard va au mariage d’Antony Cordier

[Critique] Gaspard va au mariage d’Antony Cordier

[Critique] Lady Bird de Greta Gerwig
[Critique] In the Fade de Fatih Akin
[Critique] Logan Lucky de Steven Soderbergh

Avec un univers singulier et un casting 5 étoiles, Gaspard va au mariage d’Antony Cordier est une douce comédie. Ton décalé, scènes cocasses, répliques drôles… Le réalisateur réussit à nous faire passer un bon moment entre légèreté et douceur. Film inclassable, le spectateur se laisse porter par la fluidité du scénario sans vraiment chercher à comprendre quel est le message du long métrage. Est-ce si important ?

Gaspard va au mariage : un conte moderne

L’histoire est singulière. Après s’être tenu prudemment à l’écart pendant des années, Gaspard, 25 ans, doit renouer avec sa famille à l’annonce du remariage de son père. Accompagné de Laura, une fille fantasque qui accepte de jouer sa petite amie le temps du mariage, il se sent enfin prêt à remettre les pieds dans le zoo de ses parents. Et y retrouver les singes et les fauves qui l’ont vu grandir. Mais entre un père trop cavaleur, un frère trop raisonnable et une sœur bien trop belle, il n’a pas conscience qu’il s’apprête à vivre les derniers jours de son enfance.

On se croirait dans un conte. Cette famille qui vit un peu à l’écart du monde doit gérer ses problèmes, ses joies, ses relations sans qu’aucun élément extérieur ne puisse les perturber. Quoique… On peut considérer que le personnage de Laura apporte un regard totalement neuf et extérieur à la famille. On découvre l’environnement ainsi que chaque personnage à travers ses yeux. Dès le début, elle sent qu’il ne s’agit pas d’une famille « ordinaire ». Les relations entre les membres sont complexes, les personnalités difficiles à cerner. Même si on s’attache rapidement à chacun d’entre eux, quelques imprécisions scénaristiques nous font nous désintéresser de leur sort.

Une fin bâclée pour Gaspard va au mariage

Au final, même si la réalisation est maitrisée, la lumière magnifique et la mise en scène créative, le récit d’Antony Cordier pêche un peu. Plus les minutes passent et plus la magie du début du film s’estompe. Scène de danse entre frères et soeurs, images ralenties, chapitrage du film… Rien n’est laissé au hasard. L’univers du conte s’est mis petit à petit en place avec la nature, les animaux, la demeure gigantesque, la musique magnifique. Et pourtant, cela manque d’un second souffle pour vraiment nous emporter. On reste dans ce ton monocorde avec peu de scènes vraiment marquantes dans la deuxième partie. Gaspard va au mariage devient alors plus plan-plan avec une histoire qui est finalement toute tracée et qui finit par ne plus nous surprendre.

Au début, on est plein de curiosités. On se demande pourquoi Gaspard a quitté sa famille, pourquoi Laura le suit… Puis une fois ces mystères évacués, il ne nous reste plus rien à nous mettre sous la dent. Chaque personnage finit par trouver une solution à son problème : le véritable happy ending. On se rend alors compte que mis à part cette jolie réalisation avec cet excellent casting, l’histoire est en fait très classique. Rien de nouveau sous le soleil. Certains pourront dire qu’Antony Cordier a tenté de faire du Wes Anderson, euhhh… On préfère attendre avant de tenter une telle comparaison. Avec Gaspard va au mariage, on en est loin !

On retiendra de ce film la magnifique performance de Laetitia Dosch qui a vraiment un ton, un ressort comique que l’on a hâte de voir dans de véritables comédies. La musique de Thylacine est juste envoûtante voire même électrisante à certains moments. Mais niveau émotion, à part quelques images d’enfance des trois frères et soeurs, on reste trop en surface. C’est un beau début, c’est une belle histoire mais qui n’est jamais aboutie.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0