[Critique Livre] La Bibliothèque de Mount Char de Scott Hawkins

[Critique Livre] La Bibliothèque de Mount Char de Scott Hawkins

[Critique Livre] Cardinal Song de Vincent Giudicelli
[Critique Livre] Vera de Karl Geary
[Critique Livre] Vernon Subutex (tome 1) de Virginie Despentes

Œuvre violente et déroutante, La Bibliothèque de Mount Char nous entraîne durant près de 500 pages dans un scénario rocambolesque auquel il est difficile de deviner ne serait-ce qu’un dixième des tenants et aboutissants de l’arc narratif. C’est ce qui le rend si fascinant au fil de la lecture.

Pour être tout à fait honnête, nous avons eu du mal à entrer immédiatement dans l’univers proposé par l’écrivain Scott Hawkins. Durant une cinquantaine de pages, il a fallu s’accrocher, prendre son mal en patience et résister à l’envie de fermer définitivement le livre. La raison ? Le scénario de La Bibliothèque de Mount Char est extrêmement riche. Trop dense pour ne pas nous désorienter. L’histoire de ce Père (Dieu ?) et de ses « enfants » qui ont tous une spécialité (le langage, la médecine, le combat…), ce monde qui ressemble étrangement au nôtre mais dans lequel les hommes parlent avec les animaux et vivent sous l’eau avec des calamars géants… Scott Hawkins nous plonge dans un océan de détails qui finissent par nous faire perdre pied. Jusqu’au moment où un déclic s’opère et que les pièces du puzzle finissent par prendre sens au sein de notre esprit.

La Bibliothèque de Mount Char, un roman captivant qu’il nous tarde de voir adapté à l’écran

Dès lors, difficile de décrocher de cet univers à mi-chemin entre un film de Darren Aronofsky (Mother pour n’en citer qu’un) et une œuvre de science-fiction totalement barrée. Une expérience intense, entre Terrence Malick pour son rapport très particulier à l’univers et David Lynch, qui fait tourner notre imagination à plein régime. C’est tour à tour hyper violent, poétique, onirique et très terre-à-terre, tout en restant toujours fluide au niveau de la lecture. Résultat : les cinquante premières pages passées, on se prend totalement au jeu. On est happés par chacune des lignes, aspirés par cet univers d’une richesse incommensurablement qui ne cesse de surprendre au fil des pages. Au point de jouer avec nos nerfs et nous faire nous demander si, au final, tout cela est bel et bien réel…

La Bibliothèque de Mount Char, le mélange parfait entre la fluidité de la forme et la densité du fond. Un livre captivant dont on dévore chaque chapitre les yeux écarquillés au maximum et l’imagination à son apogée. On termine sur les rotules, exténués par un tel sprint lors duquel Scott Hawkins ne nous laisse aucun créneau pour reprendre notre souffle. Une expérience aussi éreintante que fascinante.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0