[Critique] L’Affaire Roman J avec Denzel Washington

[Critique] L’Affaire Roman J avec Denzel Washington

Leonardo DiCaprio en 5 films incontournables
[Critique] Ami-ami de Victor Saint Macary
[Critique] Spider-Man : Homecoming de Jon Watts

Après le déstabilisant Night Call avec Jake Gyllenhaal, Dan Gilroy est de retour au cinéma avec L’Affaire Roman J, un thriller judiciaire avec le charismatique Denzel Washington. La projection terminée, difficile de comprendre pourquoi cette interprétation passable fut nommée aux Oscars 2018. Si ce n’est pour faire plaisir à l’ego de l’acteur à la sympathie inébranlable…

Le scénario du film L’Affaire Roman J

À la mort de son mentor, Roman J. Israel (Denzel Washington), avocat aussi idéaliste que déterminé, voit sa vie bouleversée. Dans l’univers des tribunaux surchargés de Los Angeles, celui qui fut son modèle et une figure légendaire des droits civiques laisse un vrai vide. Recruté par l’ambitieux George Pierce (Colin Farrell), Roman se lie d’amitié avec une militante de l’égalité des droits. Confronté à des événements extrêmes, il va pourtant remettre en question l’engagement qui a déterminé toute sa carrière…

L’Affaire Roman J, un film sympathique aussitôt vu aussitôt oublié

Philadelphia, La Défense Lincoln, 12 Hommes en colère, La Faille… Si les thrillers judiciaires sont votre dada, L’Affaire Roman J a certainement piqué votre curiosité. Il faut dire que le sujet et le casting donnent envie. Sauf qu’une fois devant l’écran, la désillusion est quasi-totale. La faute à une mise en scène académique, une narration vue et revue et un casting agréable mais cabotin. Ainsi, sans pour autant être raté, le film de Dan Gilroy peine à convaincre. Pire, là où on s’attend à une aventure palpitante, une réflexion profonde sur la difficulté d’être impartial dans ce milieu de requins, on se retrouve face à un scénario plan-plan qui ne décolle jamais. Et cela, en dépit de quelques vaines tentatives pour faire grimper la tension. L’impression d’être devant un téléfilm M6 du lundi après-midi prend de plus en plus de place au sein de notre esprit et, malgré toute la bonne volonté du monde, Denzel Washington ne peut pas faire grand-chose pour remédier à cette situation déplaisante.

Après l’envoûtant Night Call, difficile d’imaginer que le même réalisateur est aux commandes de cette série b sans envergure, et sans âme. C’est pourtant le cas…

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0