[Critique Livre] Cardinal Song de Vincent Giudicelli

[Critique Livre] Cardinal Song de Vincent Giudicelli

[Critique Livre] Vernon Subutex (tome 1) de Virginie Despentes
[Critique Livre] Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une de Raphaëlle Giordano
[Critique Livre] Chanson Douce de Leïla Slimani

Vous êtes de ceux qui ne savent toujours pas ce qu’ils font sur cette foutue planète ? Qui errent de conquête en conquête, migrent d’un job pourri à l’autre et écument les soirées sans intérêt dans le seul but de tenter d’oublier leur triste sort une poignée de secondes aussi fugaces que salutaires ? Le roman de Vincent Giudicelli, Cardinal Song, devrait vous parler.

Pour un premier roman, cet auteur né au coeur de la génération X épris de contre-culture réalise une oeuvre hybride, fascinante, rock’n’roll, à mi-chemin entre l’univers de Jack Kerouac et Bret Easton Ellis. Jack Kerouac pour cette folle envie de voyage qui gagne les trois protagonistes de Cardinal Song, le narrateur, son meilleur ami Norman et son tendre amour Marie. Bret Easton Ellis pour cette jeunesse en perte de repères, catapultée dans un monde qu’elle ne comprend pas et qui la méprise. Une génération perdue, rebelle, fougueuse mais pessimiste, proie privilégiée des substances illégales pour s’offrir quelques secondes de répit, loin de cet univers qui ne lui correspond pas, qu’elle rejette de tout son coeur mais qu’elle est bien obligée de côtoyer au quotidien.

Cardinal Song, un roman hypnotique délicieusement rock

L’autre point fort du livre de Vincent Giudicelli est cette culture musicale dans laquelle il nous plonge. Comme avec Vernon Subutex de Virginie Despentes, chaque nouvelle page est l’occasion de voyager dans l’esprit des personnages principaux à travers une chanson, un hymne à l’évasion et à la révolte. Ainsi, à travers le personnage attachant et charismatique de Norman, ingénieur du son chez Radio France et éternel amoureux déçu, les lecteurs (re)découvrent les plus grands classiques du rock, de Nirvana à Joy Division en passant par Bruce Springsteen et Alain Bashung. Un choix pointilleux qui confère au road trip du narrateur, de Norman et de Marie une saveur particulière, délicieusement déjantée et profondément humaine.

Cardinal Song, une oeuvre drôle, poignante, pessimiste et optimiste à la fois, d’une humanité désarmante.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0