[Critique Livre] Chanson Douce de Leïla Slimani

[Critique Livre] Chanson Douce de Leïla Slimani

[Critique Livre] Le Couple d’à côté de Shari Lapena
[Critique Livre] Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une de Raphaëlle Giordano
[Critique Livre] Vernon Subutex (tome 1) de Virginie Despentes

Avec son deuxième roman, l’écrivaine Leïla Slimani a réussi le tour de force parfait : décrocher le prestigieux prix Goncourt. Et cela, dès le premier tour du scrutin. C’est dire la ferveur autour de son oeuvre… Chanson Douce est-il pour autant la claque littéraire annoncée ? Oh que oui !

Si les meurtres, horribles, de deux jeunes enfants par leur nounou sont la finalité du roman, ils n’en sont pas le coeur. C’est pour cela que Leïla Slimani a décidé de l’évoquer dès le début de son oeuvre. Pour mieux nous mettre dans le bain et, plus machiavélique encore, opérer un flashback fascinant, du recrutement de la baby-sitter qui semble un don du ciel à ce geste incompréhensible.

Chanson Douce, une oeuvre littéraire déstabilisante qui remet en cause notre société égoïste et déshumanisée

Qu’est-ce qui pousse une femme à tuer les enfants qu’elle garde, et semble aimer, depuis plusieurs mois ? Leurs caprices à répétition ? La dépression ? La jalousie ? Si Leïla Slimani s’amuse à brouiller les pistes, à distiller de manière presque avare les traits de personnalité, la psychologie de Louise, la nounou, c’est pour mieux nous obliger à façonner nous-même son portrait dans notre esprit. L’écrivaine, en refusant de dresser un avis tranché sur son personnage principal, ne semble jamais vouloir influencer notre jugement. Un choix payant puisque Chanson Douce parvient à happer notre attention dès la première ligne. Tels des voisins un peu trop curieux, on épie le moindre fait et geste de Louise, on la juge sans la connaître, on la pointe du doigt, on critique sa manière d’agir avec les enfants, ses bonnes manières exacerbées.

Puis, sans crier gare, Leïla Slimani fait apparaître une piqûre de rappel fracassante : cette femme est, comme nous, faite de chair et d’os. Comme nous, malgré une carapace qui semble inébranlable, elle est fragile et chaque geste, chaque parole peuvent la blesser profondément. Chanson Douce nous fait ainsi prendre conscience d’une chose essentielle : même si nous les fréquentons souvent et pensons tout comprendre d’eux, les individus qui composent notre quotidien sont parfois bien plus complexes, et fragiles, que nous l’imaginons. En résulte une oeuvre puissante qui s’amuse à faire voler en éclats notre zone de confort. Brillant.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0