[Critique Livre] Vera de Karl Geary

[Critique Livre] Vera de Karl Geary

[Critique Livre] Chanson Douce de Leïla Slimani
[Critique Livre] Les​ ​Vies​ ​privées​ ​de​ ​Pippa​ ​Lee de​ ​Rebecca​ ​Miller
[Critique Livre] Gabrielle ou le jardin retrouvé de Stéphane Jougla

Au coeur d’une Irlande pluvieuse rongée par le chômage et la solitude, deux êtres que tout oppose, Vera et Sonny, vont tenter d’échapper à ce destin sans horizon qui se dessine devant eux chaque jour.

Sonny est un jeune homme de 16 ans. Aussi paumé que ses parents et ses frères, il oscille entre le lycée qui ne l’intéresse guère, un petit boulot à la boucherie après les cours et quelques beuveries avec son amie de toujours, Sharon. Vera quant à elle est issue des quartiers chics de Dublin. Terriblement seule, elle va s’enticher de ce jeune homme, fils de l’ouvrier auquel elle a fait appel pour réaliser quelques bricoles chez elle. Entre eux démarre une relation vouée à l’échec à laquelle tous deux vont s’accrocher désespérément.

Vera, un magnifique chant d’amour à la puissance émotionnelle bouleversante

Dès les premières lignes, le fatalisme décrit par l’écrivain Karl Geary nous happe. Cette vague de tristesse et de résignation qui alourdit le coeur du jeune Sonny nous déstabilise. On aurait envie de lui venir en aide, de le secouer, de lui faire prendre conscience qu’il existe des alternatives à ce désespoir qui l’empêche d’avancer. Seulement voilà, simples lecteurs, devenir acteurs de cette histoire nous est impossible. Puis vint sa rencontre avec Vera, lueur d’espoir soudaine qui débarque sans crier gare. On se dit que tout n’est pas perdu, qu’une porte de sortie existe pour le jeune garçon. Hélas, Vera est encore plus désorientée que lui. Au point d’essayer de quitter cette terre à de nombreuses reprises, en vain. Sonny va tâcher de se sauver en la sauvant elle, blanche colombe faisant chavirer le vilain petit canard.

Oeuvre littéraire puissante, vibrante, Vera plonge le lecteur dans un univers terne que les amateurs du cinéma du grand Ken Loach apprécieront. Un monde à la Sweet Sixteen sans promesse d’avenir avec ces âmes dont on se passionne rapidement, trop rapidement d’ailleurs pour ne pas avoir le coeur serré à chaque nouvelle page tournée. Un récit passionnant, troublant, éreintant et révoltant qui ne nous lâche pas jusqu’à la dernière ligne. Voire bien après…

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0