[Critique Livre] Vernon Subutex de Virginie Despentes (tome 2)

[Critique Livre] Vernon Subutex de Virginie Despentes (tome 2)

[Critique Livre] Intérieur nuit de Marisha Pessl
[Critique Livre] Juste après la vague de Sandrine Collette
[Critique Livre] Bug d’Enki Bilal

Deuxième volet des aventures du disquaire devenu SDF, Vernon Subutex s’écarte davantage du personnage principal. La raison ? Laisser davantage de place à celles et ceux qui gravitent de près ou de loin autour de ce personnage si charismatique. Un bon choix de la part de Virginie Despentes ? Oui et non…

Ce tome 2 de Vernon Subutex nous a laissé un léger goût de trop peu. Une bonne chose nous direz-vous. Sauf qu’a contrario du tome 1, envoûtant de noirceur, celui-ci s’accompagne d’une sensation d’inachevée. De sortie de route malencontreuse. Exit la prose venimeuse et les punchlines acides de Virginie Despentes. Malgré deux-trois séquences piquantes à souhait, l’écrivaine s’est ici assagie. Les personnages ravalent leur colère et choisissent la fraternité. Quitte à devenir une sorte de secte, zadistes en devenir en quête d’un mode de vie alternatif. La furie rock du premier livre laisse ainsi place à un altruisme exacerbé. Un virage pris avec doigté certes, mais à des années-lumière de ce que nous attendions.

Vernon Subutex, maître gourou d’une nouvelle humanité

La déception digérée, que penser de ce deuxième tome de Vernon Subutex ? Difficile à dire tant le récit désarçonne à de nombreuses reprises. Quand on pense que le fatalisme va heurter de plein fouet Pamela Kant et consorts, on s’aperçoit que ces derniers tiennent bon. Leur embarcation, bien qu’instable, se maintient à flot. Une bouffée d’oxygène bienvenue dans des vies terriblement mornes. Mais pas éternelle comme se fait un plaisir de nous le rappeler de manière abrupte Virginie Despentes. Un retour à la réalité fracassant qui nous fait prendre conscience d’une chose essentielle : aucun personnage de cette folle aventure humaine n’est à l’abri d’un quelconque coup du sort. Cette saloperie nommée destin ne compte donc pas en rester là. Pour certains du moins…

Ps : à noter également le formidable chapitre consacré aux enregistrements d’Alex Bleach, rockeur sulfureux à mi-chemin entre Daniel Darc et Bertrand Cantat qui, même six pieds sous terre, continue de faire grincer des dents certains parasites notoires. Succulent.

À très vite pour notre débrief du tome 3 des aventures de Vernon Subutex !

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0