[Critique] Marie Madeleine, film de Garth Davis

[Critique] Marie Madeleine, film de Garth Davis

[Critique] Jeepers Creepers 3 de Victor Salva
[Critique] Black Panther de Ryan Coogler
Daniel Craig en 5 films incontournables

Après en avoir fait pleurer plus d’un avec le drame Lion, Garth Davis tente désormais de nous réconcilier avec la religion à travers la figure messianique de Jésus. Ou pas ! C’est toute l’agilité du film Marie Madeleine : rétablir une forme de vérité sciemment passée sous silence par les religieux depuis des siècles. Un tour de force qui risque d’en faire grincer des dents plus d’un.

Le scénario de Marie Madeleine de Garth Davis

Marie Madeleine est un portrait authentique et humaniste de l’un des personnages religieux les plus énigmatiques et incompris de l’histoire. Ce biopic biblique raconte l’histoire de Marie, une jeune femme en quête d’un nouveau chemin de vie. Soumise aux mœurs de l’époque, Marie défie les traditions de sa famille pour rejoindre un nouveau mouvement social mené par le charismatique Jésus de Nazareth. Elle trouve rapidement sa place au cœur d’un voyage qui va les conduire à Jérusalem.

Jésus, Jésus, Jésus revient !

Captivant, hypnotique, charismatique… Les mots en viendraient presque à manquer pour décrire Joaquin Phoenix. Si cela est vrai avec la plupart de ses rôles, ça l’est encore plus dans Marie Madeleine où il crève l’écran. Paré d’une aura mystique, il est ce guide qui éclaire, guide, rassure et transperce de ses yeux bleus saisissants. Une performance remarquable qui fait, hélas, beaucoup d’ombre aux partenaires de scène de l’acteur.

Marie Madeleine, figure féminine longtemps dénigrée

Fille aux moeurs légères dans l’inconscient collectif, Marie Madeleine ne mérite peut-être pas l’étiquette de prostituée qu’on lui colle depuis des années. Et pour cause : elle ne l’était aucunement. C’est l’église dès le sixième siècle, méprisante des femmes et du statut de « bras droit » du Christ de Marie Madeleine, qui lui invente ce parcours de vie. En réalité, cette croyante n’est autre qu’une femme qui refuse le patriarcat imposé dès la naissance. Sa rencontre avec le rabbi (Jésus), ce guide suprême qui répand ses bonnes paroles partout où il passe, va lui faire prendre conscience qu’un autre monde est possible.

Sans en faire des caisses mais malgré tout à grands renforts de superbes images, Garth Davis transforme son film en une oeuvre féministe d’une habilité bienvenue. Inespéré après le bloubi boulga mélodramatique Lion

Bande-annonce de Marie Madeleine, film de Garth Davis

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0