[Critique] No Dormiras, film de Gustavo Hernandez

[Critique] No Dormiras, film de Gustavo Hernandez

[Critique] Bienvenue à Suburbicon de George Clooney
[Critique] Jersey Affair, film de Michael Pearce
[Critique] Sparring avec Mathieu Kassovitz

Ce qu’on peut dire en sortant de No Dormiras, c’est que les hispaniques sont vraiment très forts pour ce type de films. Le stress, l’angoisse, et tout ça avec un naturel qui défie tout entendement. En effet, qui n’a pas remonté un plaid ou un gilet devant ses yeux en regardant Tesis ou L’Orphelinat ? Et c’est Belen Rueda qui nous guide, comme justement dans L’Orphelinat, dans l’angoissant décor de ce nouveau film de Gustavo Hernandez.

Scénario du film No Dormiras

1984. Dans un hôpital psychiatrique abandonné, une compagnie théâtrale menée de main de maitre par Alma, expérimente une technique extrême de jeu. En privant ses comédiens de sommeil, Alma prétend les préparer à donner le meilleur d’eux-mêmes. Au fur et à mesure des jours d’insomnie, les acteurs ressentent des choses de plus en plus étranges… Bianca, jeune actrice en compétition pour le rôle principal, tente de percer les secrets de cet étrange endroit et devient bientôt l’objet de forces inconnues.

No Dormiras et le lieu qui fascine : l’hôpital psychiatrique

A une époque où les expéditions urbex font un carton chez les jeunes et les photographes amateurs, l’hôpital psychiatrique désaffecté depuis bien longtemps est le lieu idéal pour planter le décor du film. Un groupe théâtral dirigé par Alma (Belen Rueda) choisit d’y effectuer ses répétitions, et la représentation finale. Sauf qu’il ne s’agit pas d’une pièce de théâtre comme les autres, où on doit apprendre par coeur son texte, et le déclamer du mieux qu’on peut pour coller au maximum avec son personnage. Bien sûr, les acteurs doivent apprendre leur texte et répéter, mais ont interdiction de dormir, et ce, jusqu’à la fin de la représentation. Ils passent donc des jours et des jours sans dormir, dans ce lieu, où même au top de sa forme, on peut avoir l’impression d’être dans un lieu hanté.

Dans No Dormiras, l’artiste est poussé au maximum de ses capacités physiques

Après des jours d’absence de sommeil, pas évident de savoir ce qui se passe, ni où on est, ni qui on est. C’est ce que veut montrer Alma, qui avait déjà, par le passé, réalisé des expériences en privant de sommeil une jeune femme qui, au bout de plus de 96h, s’était vue en proie à de graves troubles psycho-sensoriels. La jeune actrice, Bianca, l’apprendra à ses dépens, puisqu’elle se retrouvera confrontée à des hallucinations au-delà de l’horreur, mélangeant passé et présent, rêve – ou plutôt cauchemar – et réalité.

On reste scotché, les yeux rivés à l’écran devant cette jeune troupe qui prend possession de ce lieu mystérieux… ou serait-ce finalement l’inverse, le lieu qui prend possession des acteurs ? Belle réussite pour ce film qui innove tant par le contexte, l’environnement et le sujet.

Une critique de film signée Stéphanie Boillon

Bande-annonce du film No Dormiras

Fiche technique du film No Dormiras

Date de sortie au cinéma : 16 mai 2018
Durée du film : 1h 46min
Réalisateur : Gustavo Hernandez
Casting : Eva de Dominici, Belén Rueda, Natalia de Molina
Genre : Thriller
Nationalités du film : Espagnol, Argentin, Uruguayen
Distributeur en France : Eurozoom
Langue : Espagnol

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0