[Critique Série] 3% – Saison 1

[Critique Série] 3% – Saison 1

[Critique Série] The End of the fucking world sur Netflix
[Critique Série] Santa Clarita Diet – Saison 2
[Critique Série] Marseille – Saison 2 (Netflix)

Après une excellente troisième saison de « Black Mirror », nous voici à nouveau plongés dans une dystopie peu séduisante. Le coupable ? « 3% », une série brésilienne qui a le mérite de sortir des sentiers battus.

Dans un monde (pas si) imaginaire, la société est divisée en deux. D’un côté, les riches qui vivent sur l’Autre Rive et s’accaparent toutes les richesses. De l’autre, les pauvres, êtres méprisés et stockés dans des ghettos insalubres. Comment espérer s’élever socialement quand on est un pestiféré ? Réussir une série d’épreuves durant sa vingtième année. Si vous ratez le coche, c’est fichu !

« 3% », une excellente découverte…

Série d’anticipation au carrefour des genres, « 3% » nous plonge dans un univers qui n’est pas sans rappeler ceux du terrifiant « Bienvenue à Gattaca » et de l’inoubliable « Cube » de Vincenzo Natali. Durant huit épisodes, les créateurs de la série Netflix, Cesar Charlone et Pedro Aguilera, nous font partager le stress de ces candidats qui rêvent d’un avenir radieux sur l’Autre Rive. Tests psychologiques, exercices basés sur la mémoire et la déduction… Autant d’épreuves qui visent à réduire le nombre de prétendants jusqu’à parvenir aux 3% d’élus. Passionnant !

…non exempte de défauts

Si la mise en scène plus que correcte et les acteurs dotés d’un capital sympathie à toute épreuve raviront de nombreux téléspectateurs, « 3% » n’en reste pas moins décevante. La faute à une narration qui s’essouffle dans les derniers épisodes et un scénario bancal qui ne parvient pas à nous tenir en haleine jusqu’au final bâclé. Sans doute dans le but de faire durer le plaisir avec une deuxième saison… La série Netflix n’en reste pas moins une agréable découverte qui remplit parfaitement son rôle de divertissement.

João Miguel, impeccable dans le rôle d’Ezequiel.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
  • comment-avatar
    Sweet Judas 2 années

    J’avoue l’avoir visionnée totalement par hasard, parce que je rencontrais un « vide » niveau diffusion de mes séries habituelles et si je n’en garde pas un souvenir impérissable, j’avais tout de même été surprise, et en bien. Et puis, c’est toujours cool de voir que des trucs autres que ceux promus par les leaders américains (coucou AMC et HBO, c’est de vous que je parle).
    A voir si elle peut tenir la distance avec une deuxième saison parce que la fin de cette première session donne quand même l’impression que tout a plus ou moins été dit. Les remous dans la vie personnelle d’Ezékiel et Michele m’ont pas spécialement plus intéressée ou émue que ça… 🙂