[Critique Série] La Casa de papel – Saisons 1 & 2

[Critique Série] La Casa de papel – Saisons 1 & 2

James Franco en 5 rôles incontournables
[Critique Série] The Night of – Saison 1
[Critique Série] Taboo – Saison 1

Un braquage qui s’éternise, un plan diabolique et des rebondissements à la pelle. Il n’en faut pas plus à la série espagnole La Casa de Papel pour nous scotcher devant notre écran durant la totalité de ses deux saisons. Et devenir, pour nous, une des plus grosses surprises de ce début d’année 2018.

La saison 4 de Peaky Blinders terminée, quelle série allait pouvoir aussi bien nous divertir ? Black Lightning ? C’est vrai que la série CW est assez surprenante en soi. Bien plus efficace qu’Iron Fist et Luke Cage. Mais pas au point d’avoir envie de se couper de l’extérieur pour dévorer les épisodes les uns après les autres. Altered Carbon et American Crime Story alors ? La première ne nous emballe pas forcément pour l’instant… Quant à la seconde, elle est très bien réalisée mais pas exceptionnelle non plus. Sans vraiment y croire, notre choix se porte donc presque par hasard sur La Casa de Papel. Et là… C’est le casse du siècle !

La Casa de Papel, un divertissement net et sans bavure

Que les choses soient claires : la série espagnole n’a rien de révolutionnaire. Ni sur le papier, ni à l’écran. Cette histoire de braquage qui tourne mal a été vue à maintes reprises, sur le petit comme sur le grand écran. Dès lors, comment expliquer un tel engouement pour cette fiction ? On pourrait vous dire que La Casa de Papel possède le petit « truc » en plus qui fait toute la différence. Ce qui est assez vrai. Mais ce serait bien trop réducteur.

Non, ce qui fait le charme de La Casa de Papel réside dans son écriture dynamique et sa mise en scène hypnotique. Le scénario n’est certes pas en béton armé mais il ne laisse aucun angle de tir possible au temps mort, à l’ennui. Chaque épisode est une véritable bouffée d’adrénaline qui ne laisse nulle autre alternative que cette folle envie de regarder l’épisode suivant dans la foulée. Et ainsi de suite jusqu’au dénouement absolument jouissif.

Des personnages hauts en couleurs, véritable point fort de La Casa de Papel

Outre cette mise en scène énergique et ce scénario qui nous tient en haleine au fil des saisons, La Casa de Papel possède un casting formidable. Rio, Tokyo, Berlin, Denver, Moscou, Le Professeur… Peu de séries peuvent se vanter d’avoir rendu l’intégralité de leur casting si charismatique. Et attachant ! Car oui, dès le premier épisode, une aura particulière émane de chacun des braqueurs. Qu’ils soient bienveillants, candides ou, parfois, malsains. Un tour de force de la part des scénaristes, rendu d’autant plus crédible que tous les acteurs transpirent la sympathie et, de fait, fascinent à chacune de leurs apparitions.

Vous l’aurez compris, avec une partition déroulée sans accroc et sans une once de prétention, La Casa de Papel a une place de premier choix dans notre cœur. Si bien qu’elle est à nos yeux une des meilleures séries de ces dernières années.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0