[Critique Série] Marseille – Saison 2 (Netflix)

[Critique Série] Marseille – Saison 2 (Netflix)

[Critique Série] Mindhunter – Saison 1
[Critique Série] Big Mouth – Saison 1
[Critique Série] The Punisher – Saison 1

Terrorisme, foot, extrême droite, migrants… La saison 2 de Marseille est remplie de surprises. Ou plutôt de mauvaises surprises. En tentant de muscler son scénario avec de nombreux thèmes, la série se perd complètement. Incohérences scénaristiques, mise en scène ridicule, personnages peu crédibles… La série Netflix est une véritable catastrophe. On pensait la saison 1 décevante, on peut dire que celle-ci est ratée.

Laissons Marseille tranquille !

Plus Belle La Vie, la saga Taxi, le film Marseille avec Kad Merad… Pourquoi un tel acharnement en vers la ville de Marseille ? Pourrait-on pour une fois exploiter le réel potentiel de la ville ? Pourquoi cette si belle ville n’attire-t-elle que les projets foireux ? C’est un peu violent mais c’est vrai ! Cette deuxième saison est tellement pauvre au niveau du scénario que les moments les plus intéressants restent les plans en drone qui survolent la ville. Toute scène avec des comédiens est difficile à regarder. Mais au bout d’un certain moment, ça en devient presque drôle. Le moment magique : le clapping de Gérard Depardieu devant des supporters du Sporting de Marseille. Magique…

Cette saison 2 débute par un Robert Taro au plus mal qui vient tout juste de faire un AVC. Dès les premières minutes, les incohérences se succèdent. Alors qu’entre la saison 1 et la saison 2, il n’y a aucune ellipse, aucun saut dans le temps. Tous les personnages sans exception sont propulsé dans de nouvelles péripéties, alors que quelques jours auparavant, les situations étaient complètement différentes. La meilleure amie de Julia fait partie du jour au lendemain de l’équipe de direction du Sporting. Quand Eric parle, on a l’impression qu’il est en prison depuis des années alors que cela ne fait que quelques jours… Eh oui, la crédibilité d’une série se joue sur des détails, le spectateur n’est pas idiot donc il faudrait éviter de le prendre comme tel. Seul fait intéressant au début de cette saison : l’arrivée de l’extrême droite au coeur de l’échiquier politique représenté par Natacha Régnier qui incarne une Jeanne Coste intéressante. Voilà un des seuls enjeux vraiment intéressants…

Où sont passés les scénaristes ?

Mais très vite, avec l’arrivée du personnage de Bassem et du Sporting Marseille, du terrorisme et de Todd l’enfant « sans papiers », on comprend que la suite de la série va tomber dans une rapide chute vers le grand n’importe quoi. Pourquoi nous parler de foot alors que jusqu’à présent ce n’était pas du tout évoqué ? On frise le ridicule : même si on comprend très bien que l’OM ne souhaitait/voulait pas être associé directement à la série, en tournant au stade Vélodrome mais en appelant le club Sporting de Marseille, cela devient n’importe quoi. Bien sûr le club est important dans la lutte du pouvoir dans la deuxième ville de France, mais dans ce cas-là, pourquoi ne pas avoir axé le scénario sur le port qui a un enjeu plus stratégique et plus en adéquation avec les intrigues de la saison 1 ? Puis aborder le terrorisme est opportuniste : cela tombe vraiment comme un cheveu sur la soupe, sans raison, sans lien avec le reste de la série. Et puis, le pompon reste le nouveau combat de Rachelle, la femme de Robert Taro, qui protège un enfant dont le père est sans papier. A nouveau, on ajoute une intrigue de plus.

Globalement, la série a un vrai problème de rythme et de montage : les scènes sont souvent très courtes sans qu’on apprenne quoi que ce soit. Les ralentis ne servent à rien, la tension n’arrive jamais. Toutes les problématiques sans exception ont un problème de temps. Elles devraient s’inscrire sur une durée, or, tout va beaucoup trop vite. Marseille devrait prendre exemple sur Gomorra : la série excelle avec un rythme soutenu, dans son suspense et sa cohérence. Avec cette saison 2, on est plus proche du sitcom que du thriller politique. On ne peut pas blâmer les acteurs qui font ce qu’ils peuvent mais ce sont bien les scénaristes qui sont responsables. Le potentiel est présent : une ville multi-culturelle avec une image négative et des problèmes persistants. Il y a la base pour écrire une superbe histoire. Peut-être que le volet politique n’était pas le bon.

Marseille, pire série Netflix ?

On peut réellement se demander pourquoi la pire série Netflix est la seule française. Pourquoi Canal Plus arrive à exceller dans les séries de genre et pas Netflix ? Pourquoi après la saison 1 ratée, la saison 2 l’est tout aussi alors que les scénaristes ont changé ? Est-ce le moment de laisser tomber ou devons-nous espérer une saison 3 qui puisse relever le niveau ? Vu la fin de la saison 2, ce ne sera pas fini… Si le succès de la première saison en Russie et au Brésil avait permis à la série de décrocher une saison 2, on croise les doigts pour qu’une saison 3 ne sorte pas ! Méchant mais honnête…

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0