[Critique Série] Mr Mercedes – Saison 1

[Critique Série] Mr Mercedes – Saison 1

[Critique Série] BoJack Horseman – Saisons 1 à 3
[Critique Série] The Deuce – Saison 1
[Critique Série] Preacher – Saison 2

Sombre, malsaine et éreintante. Sans jamais prendre des pincettes, David E. Kelley adapte un des romans cultes de Stephen King et embarque les téléspectateurs dans une chasse à l’homme dans laquelle la psychologie d’un détraqué n’aura jamais été aussi déstabilisante, et palpable.

Un massacre. Un bain de sang. Comment décrire autrement cet acte inhumain qui a causé la mort de dizaines de personnes sans emploi, écrasées sans sourciller par celui que la presse nomma rapidement le tueur à la Mercedes. Une affaire compliquée, où les preuves sont aussi épaisses qu’un timbre-poste. Une enquête au point mort qui, deux ans après, hante encore Bill Hodges, flic récemment à la retraite qui n’arrive pas à tourner la page. Un carnage qu’il lui sera difficile d’oublier puisque Mr Mercedes a décidé de s’amuser avec lui. Un jeu du chat et de la souris commence alors entre les deux hommes.

Mr Mercedes, une traque passionnante et un coup de projecteur captivant sur le tueur en série

Véritable plongée dans l’esprit torturé du détraqué Brady Hartsfield, la série créée par David E. Kelley prend un malin plaisir à pousser le malaise à son paroxysme. Mr Mercedes s’impose ainsi comme l’une des séries les plus dérangeantes de ces dernières années, une fiction perturbante qui ferait notamment passer les séquences incestueuses aperçues dans Game of Thrones pour un simple jeu de touche-pipi entre deux adolescents qui se cherchent.

Ajoutez à cela une pellicule sciemment dégueulasse dès que vous pénétrez dans le quotidien du tueur en série et des prestations implacables du casting, et vous obtenez une oeuvre hypnotique, glauque, diaboliquement efficace et intelligemment construite. Une série suffocante qui monte en puissance jusqu’au final délicieusement tordu. Pour sûr, a contrario des Under the Dome et The Mist, Stephen King peut être fier de cette adaptation télévisée.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0