[Critique Série] Vice Principals – Saison 2

[Critique Série] Vice Principals – Saison 2

[Critique Série] Santa Clarita Diet – Saison 1
[Critique Série] The Sinner – Saison 1
[Critique Série] Channel Zero – Saison 1

Après une première saison délicieusement barrée, la série courte HBO Vice Principals est de retour pour de nouvelles aventures. Les deux trublions Danny McBride et Walton Goggins parviennent-ils à échapper aux pièges inhérents d’une saison 2 ? Malgré une légère baisse de régime durant les premiers épisodes, difficile de bouder son plaisir.

L’heure est grave. Après la tentative d’assassinat dont il a été victime, Neal Gamby est rongé par les interrogations, et la haine. Qui lui a tiré dessus ? Son acolyte Lee Russell ? L’ancienne directrice brutalement évincée de la direction, Belinda Brown ? Le doute plane. De retour au lycée après plusieurs semaines de convalescence, ce père de famille maladroit qui n’a pas la langue dans sa poche compte bien faire la lumière sur cette sombre affaire.

Vice Principals, une série comique qui ravira les amoureux d’humour potache et gras

Cette fiction créée par Danny McBride ne fait pas dans la finesse. C’est justement cet aspect brut de décoffrage des dialogues et de certaines séquences complètement WTF qui nous plait tant. Punchlines assassines et autres gestuelles déplacées ponctuent ainsi chaque épisode qui s’avère au final trop court pour ne pas ressentir une pointe de frustration à l’arrivée du générique de fin. Et pourtant, de manière contradictoire, cette saison 2 de Vice Principals nous a déçus. La raison ? Un scénario qui tire sur la longueur, un démarrage poussif et une surenchère de fausses pistes dont on finit par se désintéresser totalement.

Vice Principals vient-elle de dévoiler ses limites ? En un sens, oui. Et cela, malgré toute la sympathie et le dynamisme véhiculés par Danny McBride et Walton Goggins, dont le plaisir à s’envoyer des piques est bien souvent communicatif. La série HBO fut néanmoins un rendez-vous hebdomadaire plaisant durant neuf semaines. Un divertissement régressif, attachant et déjanté, dont on regrette, au final, l’arrêt définitif.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0