[Avignon Off] : Duras Pivot, l’émission « Apostrophes » reprend vie au Magasin au festival d’Avignon 2018 !

[Avignon Off] : Duras Pivot, l’émission « Apostrophes » reprend vie au Magasin au festival d’Avignon 2018 !

[Avignon Off] : « Rouge » à 19h30 au Théâtre des Barriques, ou la résilience chaude dans la tête d’une adolescente
« La Résistible Ascension de Arturo Ui » de Bertold Brecht entre au répertoire de la Comédie-Française
« Rien ne saurait me manquer », la génération Y à l’honneur au théâtre !

C’est le 28 septembre 1984 sur Antenne 2 que Bernard Pivot reçoit Marguerite Duras en direct dans sa célèbre émission TV « Apostrophes », consacrée aux écrivains. Un moment intelligent teinté d’émotion et de partage unique, qui reprend vie au théâtre.

1984, une musique de jazz, un journaliste enthousiasmé, une écrivaine « qui a vécu comme tout le monde », ses livres et ses yeux troubles.

« Sur le plateau une table, deux fauteuils, des livres, des fiches. Assis là, enveloppés dans une lumière franche, un comédien et une comédienne une heure durant vont interpréter cette rencontre et partir à la recherche de la qualité de cet échange. » (Source : dossier de presse)

Duras Pivot ApostrophesC’est au studio Hébertot que nous découvrons fin avril 2018 le spectacle « DURAS PIVOT / APOSTROPHES », en avant-première à Paris avant sa diffusion à Avignon cet été. Entre deux secrets durassiens, la comédienne Sylvie Boivin joue avec ses nombreuses bagues aux doigts, d’imposantes lunettes et un chignon achevant de donner à vie à son personnage de la célèbre écrivaine Duras. En face et devant un éventail de livres à succès de Duras soigneusement déployé devant ses yeux, Claude Gallou incarne un Bernard Pivot malicieux et souriant, bien au-delà de sa non ressemblance avec le journaliste, qui n’est absolument pas problématique. L’énergique Pivot des années 80 pose de nombreuses questions indiscrètes sur la famille,  l’enfance et l’adolescence de Duras, qui confia à des millions de lecteurs son histoire d’amour interdite avec un chinois en Indochine française, dans son livre incontournable « L’amant », au succès inouï (prix Goncourt novembre 1984). Dans ce moment de culture unique, Marguerite Duras décrit les travers de sa « terrible » vocation d’écrivaine. « Ecrire, c’est l’enfer » raconte celle qui tomba de nombreuses années dans l’alcoolisme. « L’écriture donne des rides à l’écrivain et aux lecteurs » confie-t-elle peu après. On adore plonger dans cette complicité DURAS/PIVOT et en apprendre davantage sur l’univers subversif de Marguerite Duras. Ecouter ce que c’est que d »‘être écrivain », est un moment suspendu passionnant. « C’est intenable. » disait Duras, les yeux troubles. Gorgé de belles phrases et des secrets de Duras, le spectacle « DURAS PIVOT / APOSTROPHES » reproduit avec brio ce moment télévisuel unique, à propos duquel l’écrivain dira : « On était retourné au premier état de la relation humaine, celui de la curiosité de l’autre ». On croit tout à fait à la belle complicité entre ces deux personnages, dont la rencontre télévisuelle littéraire reproduite au théâtre nous invite à la lecture et à un certain recueillement dans l’écriture…Que l’on ait eu un an ou vingt ans, devant cette émission en 1984, on ne peut rester insensible face au spectacle de l’émotion derrière les mots de Duras, remplis d’honnêteté et de sa propre vérité…

« Je ne comprends pas toujours très bien ce que je dis, ce que je sais c’est que c’est complètement vrai. » – Marguerite Duras

« Ecrire, c’est croire que tout n’a pas été dit et que ce qui a été dit aurait pu l’être autrement, mieux même. » – Bernard Pivot

DURAS PIVOT / APOSTROPHES

Sur une idée de : Claude Gallou

Comédiens : Sylvie Boivin (Marguerite Duras), Claude Gallou (Bernard Pivot)

Production : Intime Compagnie

Diffusion : Sea Art

Informations pratiques : « DURAS PIVOT / APOSTROPHES » se joue du Vendredi 6 au Dimanche 29 Juillet 2018 au Festival de théâtre d’ Avignon OFF 2018, au théâtre le Magasin à 21h00.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0