« Être ou Paraître » le langage saisissant du corps et du coeur au Studio Hébertot

« Être ou Paraître » le langage saisissant du corps et du coeur au Studio Hébertot

Une « Anna Karénine » débordée par ses émotions, pionnière féministe mordue par la « bonne » société russe
« Non à l’argent », chamailleries pécuniaires au Théâtre des Variétés
La « Comtesse de Ségur, née Rostopchine » nous enveloppe d’une douceur toute littéraire au Studio Hébertot

Une performance atypique vous attend au Studio Hébertot. Au programme : de la danse mais aussi de l’humour et de la créativité. Dans ce seul en scène où Marie-Claude Pietragalla a mis beaucoup d’elle, son compagnon Julien Derouaul nous éblouit de ses multiples talents.

Un couple généreux pour un travail acharné de 15 ans, qui explore avec génie de nouvelles formes d’expression

D’emblée la présence sur la scène de Julien Derouault nous coupe le souffle. En Roi sans sa couronne, l’artiste joue avec nos zygomatiques. Une corde attachée à sa taille l’empêche d’accéder à sa couronne de Roi. On découvre au fil du spectacle la formidable aisance élastique de son corps. L’expression de ses muscles impressionne, dans des endroits du corps dont on n’aurait jamais soupçonnés une quelconque agilité. Des muscles puissants jusqu’au plus petit des doigts de pieds. Une énergie cinétique en mouvement, même au repos. On devine l’immense travail de création, les mois de répétition et l’entretien patient de ce corps si habile, ces muscles saillants en pleine santé. La musique, les textes de Louis Aragon et William Shakespeare sont autant d’accompagnements prétextes à toutes les folies du couple Pietragalla Derouault. L’Amour en partage.

L’envie irrépressible de tirer la pelote créative du corps et du coeur

Le danseur se fait pitre comme maestro poétique de cette soirée riche d’une exploration inédite du langage du corps et du coeur. Un carrefour surprenant entre des arts multiples qui nous laisse les yeux brillants, le coeur remué. L’humour contrebalance avec légèreté cette presque perfection. Vers la fin, l’artiste seul en scène nous raconte sa quête de la poésie. « J’ai demandé la poésie au téléphone. » Le maestro se fait plus fantasque. « J’ai croisé la folie au bord de la seine ». On se trouve bientôt immergé dans un univers de cirque coloré. L’humour n’avait jamais autant jonglé de malice avec la danse et le texte. Filez vite voir ce spectacle généreux. Vous aurez bien sûr l’impression de ne pas savoir utiliser votre propre corps. On se trouve un peu bête, les bras ballants à ne savoir que faire de nos bras, de nos jambes. Alors on applaudit devant ce spectacle « pédagogique ». Et on sourit d’avoir effleuré un peu du mystère du danseur virtuose.

Création mondiale Avignon 2014
Chorégraphie et mise en scène : Marie-Claude Pietragalla et Julien DerouaultArtistes : Julien Derouault
Textes : Louis Aragon et William Shakespeare
Création musicale : Yannaël Quenel
Durée : 1h10

Informations pratiques : « Être ou Paraître » se joue les dimanche et lundi d’octobre et du jeudi au dimanche du 9 novembre au 31 décembre 2017.

Notes des chorégraphes et metteurs en scène :

J’ai voulu pour ce spectacle une mise en scène volontairement dépouillée et sobre comme pour mettre à nu l’âme de l’artiste et la force intemporelle de ces auteurs de génie. Ici, la poésie d’Aragon est vécue et transformée par le geste, Shakespeare et son Richard II donnent une épaisseur dramatique et une densité corporelle à ce roi d’un soir.Ainsi, le Théâtre du Corps prend tout son sens. » – Marie-Claude Pietragalla

« Être ou paraître » est un spectacle particulier où la voix, le souffle et le corps interagissent et doivent répondre parfois au même moment à l’émotion et à l’imaginaire du texte poétique.Servir ces textes, danser la poésie et devenir quelqu’un à travers ce périple nocturne… Les questions que je me pose n’ont parfois pas de réponse, mais elles déclenchent en moi un mouvement de pensées, de gestes, d’actions, d’émotions qui portent mon personnage, le malmènent aussi.C’est une délivrance à travers l’acte poétique de jouer et de danser. Chaque texte devient une étape à franchir, un seuil physique et émotionnel à dépasser. Je me « sacre » poète chaque soir pour révéler l’humanité à atteindre, l’ivresse à ressentir, le testament à la jeunesse d’Aragon, l’impuissance de Richard II… On se cherche un destin, une raison d’être là : c’est par les mots et la chair que le chemin s’éclaircit. » – Julien Derouault

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0