[Avignon Off] : « Rouge » à 19h30 au Théâtre des Barriques, ou la résilience chaude dans la tête d’une adolescente

[Avignon Off] : « Rouge » à 19h30 au Théâtre des Barriques, ou la résilience chaude dans la tête d’une adolescente

« Irrésistible », la torture amoureuse dans un thriller hypnotique A La Folie Théâtre
[Avignon Off] : Duras Pivot, l’émission « Apostrophes » reprend vie au Magasin au festival d’Avignon 2018 !
[Concours] Bouquet Final : des places de la pièce de théâtre à gagner !

C’est au Bouffon Théâtre (Paris 19), que nous découvrons en avant première ce spectacle vibrant et haletant, qui mêle habillement les générations, le rythme, les corps, les lumières, la musique, la danse et le jeu contemporains, dans une belle utilisation de l’espace.

Une très jeune fille aux beaux cheveux ondulés, qui respire fort de son coeur qui ronronne.

La belle Madeline Fortumeau crève les planches. Elle offre un jeu sensuel, tout en émotion, incarnant brillamment une jeune fille de 14 ans, qui vient de subir la perte de son frère, noyé dans le fleuve jouxtant la maison de ses grands-parents. Dans cette maison de vacances, une élégante grand-mère discute avec la mère de la jeune fille. « J’ai perdu ma maille ! » s’exclame la grand-mère, aux détours d’une conversation douloureuse, d’un secret de famille encore vivace, comme si elle en avait perdu le fil du temps… Dans « Rouge », la gestion des corps sur une musique moderne aux accents techno, nous émeut profondément. Cette frêle jeune fille est encore une presque petite fille. La vie lui en demande trop. « Tout la haut un feu d’artifice de soleil » agite son coeur et son corps. Alors souvent, le langage corporel prend le relais de l’émotion, via la danse. La jeune fille ne parvient plus à expulser ses lourdes pensées par des mots. Dans « Rouge », la sensibilité se conjugue aussi avec la tendresse des premiers baisers. On aime la prestation du voisin, qui se mue en guitariste chanteur, en retrait. Cet été, la jeune fille de 14 ans aux grands yeux a ses règles pour la première fois.

Les vertiges de l’adolescence.

On retrouve dans le personnage de cette jeune fille et celui de son voisin, la vivacité nerveuse des adolescents, qui se cognent à la réalité comme les somnambules se heurtent aux meubles la nuit. Partition vivante gorgée de mots et d’émotions à quatre, le texte peut paraître parfois un peu artificiel, mais il est au final riche d’une vérité qui touchera chacun d’entre nous selon la balance de nos coeurs. Jusqu’au bout, le spectacle tire, avec un sens du rythme bluffant, vers le mystique et le fantastique. Dans la moiteur de cet été-là au bord du fleuve, la présence du frère mort est palpable. La jeune fille renifle ce pull, vestige de son frère, à la manière d’un animal qui ne veut pas perdre une odeur. Les adolescents voient la réalité comme une promesse d’éternité. « Rouge » est une création puissante, profondément animale, devant laquelle on ne peut rester insensible. A voir cet été au festival d’Avignon.

Par la Compagnie « les âmes libres »

Texte et Mise en scène : Véronique Boutonnet

Avec : Madeline Fortumeau, Noëlle Rech, Victor Duez, Véronique Boutonnet

Crédit photo :  Luca Lomazzi

Informations pratique : « Rouge » se joue au festival d’Avignon du 6 au 29 juillet 2018 à 19h30 au Théâtre des Barriques, 8 Rue Ledru Rollin à Avignon. Relâche les mardis. 04 13 66 36 52.

« Rouge » création de la Compagnie « les ames libres » au Théatre de « l’escale » à Levallois-Perret le 20 mai 2017. Photo © luca lomazzi

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0