Matthias Schoenaerts en 5 films incontournables

Matthias Schoenaerts en 5 films incontournables

[Critique] Loving de Jeff Nichols
[Concours] Premier Contact : des blu-ray et des dvd à gagner
[Critique] La Belle et la Bête de Bill Condon

Alors que Le Fidèle de Michael R. Roskam sort au cinéma ce mercredi 1er novembre, nous avons tenté de sélectionner cinq longs métrages incontournables dans la filmographie de l’acteur belge Matthias Schoenaerts. Un challenge loin d’être un jeu d’enfants malgré les apparences…

Bullhead de Michael R. Roskam (2011)

Alors qu’en 2011 Matthias Schoenaerts a déjà presque une dizaine de films à son actif, c’est ce drame belge signé Michael R. Roskam qui le fait connaître par-delà les frontières de son pays natal. D’une intensité redoutable, Bullhead nous entraîne dans l’esprit torturé de l’agriculteur Jackie, être renfrogné et parfois violent qui cache un terrible secret. Un film brut de décoffrage dans lequel Matthias Schoenaerts (auréolé de trois prix d’interprétation masculine pour ce rôle), colosse mutique à la virilité exacerbée, n’a jamais été aussi magnétique.

De Rouille et d’os de Jacques Audiard (2012)

L’année suivante, c’est le grand Jacques Audiard qui fait appel à lui pour les besoins de De Rouille et d’os. Dans ce conte de fées contemporain où la magie a laissé place à la noirceur de l’âme, l’acteur belge qui a désormais le vent en poupe donne la réplique à Marion Cotillard. Un duo aussi improbable que vibrant, grâce auquel le spectateur passe par mille et une émotions. Un rôle une nouvelle fois imposant, physiquement et psychologiquement, qui lui permet de remporter deux prix, dont le prestigieux César du Meilleur Jeune Espoir Masculin. Matthias Schoenaerts est désormais incontournable dans le paysage audiovisuel français.

Quand vient la nuit de Michael R. Roskam (2014)

Matthias Schoenaerts serait-il, au même titre que Leonardo DiCaprio avec Martin Scorsese, l’acteur fétiche du réalisateur belge Michael R. Roskam ? Il faut croire que oui. Après Bullhead, et avant Le Fidèle, le cinéaste fait appel à lui pour les besoins de Quand vient la nuit, un drame américain à la mise en scène acérée dans lequel il donne la réplique à Tom Hardy, Noomi Rapace et James Gandolfini. Un excellent film de genre, noir charbon comme on les aime.

Maryland d’Alice Winocour (2015)

Après le déstabilisant Augustine avec Vincent Lindon, Alice Winocour continue à sonder l’esprit instable de l’Homme avec Maryland, un thriller nerveux qui s’amuse à jouer avec notre perception des choses. Un long métrage déroutant, parsemé d’éclairs de violence sans concession, porté par un duo qui fonctionne à merveille : Diane Krueger et Matthias Schoenaerts, décidément abonné aux rôles de dur à cuire taciturne.

A Bigger Splash de Luca Guadagnino (2016)

Les puristes vont surement crier au scandale. Et pourtant, si on laisse de côté l’oeuvre originale (La Piscine de Jacques Deray avec Alain Delon et Romy Schneider) pour s’intéresser uniquement au film de Luca Guadagnino, A Bigger Splash n’est pas le désastre attendu. Au contraire. Avec une énergie rock’n’roll absolument folle (la BO est superbe), le cinéaste italien nous propulse dans une histoire de passion amoureuse et de jalousie aussi passionnante que son casting 5 étoiles. Ralph Fiennes très largement en tête malgré les excellentes prestations de Tilda Swinton, Dakota Johnson et, en l’occurence, Matthias Schoenaerts.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0