« La nuit à l’envers », une expérience troublante au théâtre Le Local

« La nuit à l’envers », une expérience troublante au théâtre Le Local

La douce « Cantate pour Lou Von Salomé » au Studio Hébertot
« La Nuit d’Elliot Fall », un ovni théâtro-musical truculent et osé !
« Le Dernier Jour d’un condamné », un tableau ultra-saisissant de l’angoisse ultime face à la mort lente

Dans la lumière bleutée, la nuit file alors qu’une prostituée fait face à un client étrange. Cette pièce à l’esthétique cinématographique, nous emmène dans une nuit riche en surprise et émotion. La température grimpe au théâtre Le Local, dans cette nuit unique tissée de fils invisibles, où la tension parfaitement maîtrisée danse avec nos nerfs.

Une allure à la Mireille Darc qui ferait face à un grand blond…

Douce et souriante dans son joli perfecto, la belle prostituée est sublimée par de hauts talons noirs et une robe noire en partie transparente. Le corps en avant et la peur dans les yeux, elle fait face  à un client étrange qui ne veut pas partir de sa chambre. Engoncé dans un gilet vieillot sur sa chemise, l’inconnu enfantin refuse de se dévêtir. Doit-elle s’en inquiéter ou le laisser parler ? Le jeu très physique oscille ici entre corps à corps violent, discours alambiqué et climat adouci. « L’amour est une maladie qui se lave avec le temps » affirme la belle, sarcastique. On aime l’émotion de cette création nichée dans les silences et le langage du corps. La pièce s’étire dans un bain d’émotions saisissantes. Les comédiens incarnent parfaitement les héros de ce thriller amoureux écrit en 1989 par l’incontournable Xavier Durringer. Cette pièce n’avait pas été jouée depuis 12 ans. « Les silences et l’immobilité permettent une cristallisation des émotions générées chez le spectateur » explique lors du bord-scène l’auteur Xavier Durringer. « Le texte permet au corps de l’acteur d’exister » continue celui qui s’est attaché à « travailler l’immobilité et la rythmique », inspiré du théâtre russe et allemand. On aime l’équilibre précaire construit par l’auteur et l’équipe artistique, fait « de timidité et de retenu ». Ce spectacle de l’intime nous marquera durablement. On savoure la fragilité des âmes, et la maladresse qui suintent dans cette nuit blanche élégamment mise en scène. « La nuit à l’envers » est une pièce passionnante, dont le jeu puissant et délicat est à découvrir.

Auteur : Xavier Durringer

Artistes : Stephanie Colonna, Olivier Hardouin

Metteur en scène : Didier Brengarth

Crédit photo : Laurent Vier

Informations pratiques : La pièce « La nuit à l’envers » se joue encore du 24 au 26 mars 2018 au théâtre Le Local, 18 Rue de l’Orillon dans le onzième arrondissement de Paris.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
  • comment-avatar
    Dubec Laurent 1 mois

    Étrange et mystérieuse, cette très belle pièce, magistralement interprétée et mise en scène, nous pousse à réfléchir à nos propres réactions et à notre histoire personnelle dans la quête de l’amour : avons nous été toujours rationnels, conventionnels ? Que sommes nous prêts à faire pour sortir de la solitude ? Texte puissant servi admirablement par les deux acteurs … à ne pas manquer si vous pensez devoir encore apprendre sur l´amour dans notre société féroce avec les individus.