[Critique Cinéma] Möbius avec Jean Dujardin

[Critique Cinéma] Möbius avec Jean Dujardin

« Christian Dior, Couturier du rêve », jusqu’au 7 janvier 2018 au musée des Arts décoratifs
[Critique Netflix] The Discovery avec Robert Redford
« Les flottants », où l’amour contrarié mène formidablement la barque du monde imaginaire sentimental de La Femme-Amour

Möbius affiche du film

Date de sortie : 27 février 2013
Réalisé par : Eric Rochant
Avec : Jean Dujardin, Cécile de France, Tim Roth
Durée : 1h 43min
Genre : Espionnage , Thriller
Nationalité : Français
Distributeur : EuropaCorp Distribution

Synopsis : Grégory Lioubov, un officier des services secrets russes est envoyé à Monaco afin de surveiller les agissements d’un puissant homme d’affaires. Dans le cadre de cette mission, son équipe recrute Alice, une surdouée de la finance. Soupçonnant sa trahison, Grégory va rompre la règle d’or et entrer en contact avec Alice, son agent infiltré. Naît entre eux une passion impossible qui va inexorablement précipiter leur chute.

Note :

 

 

 

Des mois que l’on attendait le retour de Jean Dujardin après sa consécration aux Oscars avec The Artist. Des semaines que le doux nom de Möbius faisait parler de lui. Des jours que l’envie d’aller voir la réunion des deux à l’écran nous titillait. Aujourd’hui c’est le grand jour. On se lève tôt, on enfile trois paires de chaussettes pour affronter le froid hivernal et l’on se dirige d’un pas décisif vers le cinéma le plus proche. On s’assoit au fond du fauteuil et on attend bien sagement que la salle s’assombrisse et que le projecteur partage avec nous son bébé. Résultat à la fin de la séance ? On aurait mieux fait de rester bien au chaud au fond de ses draps.

Möbius contient tous les éléments du mauvais film d’espionnage. Le scénario démarre plutôt pas trop mal malgré une mise en scène catastrophique (caméra qui bouge, montage beaucoup trop académique, rythme soporifique… bref le raté complet) mais se perd rapidement dans une histoire d’amour rocambolesque sans queue ni tête mais surtout sans aucun intérêt. Enfin si, deux intérêts découleront de cette histoire. Poser les yeux sur le pire baiser de l’histoire du cinéma ainsi que les scènes de sexe les plus assommantes qu’il m’ait été donné de voir. Qu’il paraît loin de le temps de Basic Instinct où la passion filtrait par tous les pores de la pellicule.

Möbius aurait pu se contenter de ça mais non, il a préféré nous porter le coup de grâce avec son casting. Hormis un Tim Roth toujours aussi charismatique, le reste des protagonistes est à la ramasse complet. Surtout Dujardin qui a l’air de s’ennuyer ferme et Cécile De France toujours aussi peu crédible. Si l’on ajoute en plus cette désagréable sensation que tous deux ne font que réciter leur texte sans essayer ne serait-ce qu’un seul tout petit instant de véhiculer la moindre émotion, on peut affirmer sans se tromper que la coupe est pleine.

Et si la véritable duperie de Möbius était de se payer la tête des spectateurs ? Enorme tour de force de la part du réalisateur mais on en doute fortement. En résulte un film de genre brouillon, mal amené mais surtout incompréhensible avec cette succession de double, triple voir quadruple jeu indigeste. Möbius aurait encore pu s’en sortir avec son final si Eric Rochant n’avait pas décidé d’y greffer deux minutes supplémentaires d’une niaiserie sans faille. Le summum du mauvais goût. Un conseil, préférez revoir La Taupe, excellent sur tous les points mais qui a malgré lui ouvert la porte du genre à des films comme Möbius.

 

Möbius Jean Dujardin Cécile de France

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
  • comment-avatar

    […] estomac fragile. 4. Fonzy parce-que José Garcia devrait arrêter d’accepter n’importe quoi. 5. Möbius parce-que la scène de nu nous a bien fait […]