« La putain du dessus », l’ironie grecque explosive s’affiche à La Huchette

« La putain du dessus », l’ironie grecque explosive s’affiche à La Huchette

Un « Rodeo Drive » qui secoue le cocotier rose-sang de nos émotions les plus noires
« Pour un oui ou pour un non », un piège textuel déceptif
« Les Fourberies de Scapin », un spectacle de rue moderne aux 100 000 volts

C’est un moment d’intimité un peu spécial que nous offre La Huchette. Dans cette Tragi-comédie grecque,  l’anti-héroïne Erato livre avec émotion sa tristesse conjugale, son excentricité et son envie d’action. « La putain du dessus », dont le texte est signé par Antonis Tsipianitis, connaît un succès retentissant en Grèce.

Les baffes en héritage, le blé, la voisine et le CRS.

Toute de noir vêtue, chapelet à la main, Erato revient des funérailles de son époux Leftéris, flic athénien sans foi ni loi. Elle mâche du blé pour « éloigner les morts » (vielle coutume grecque), et nous raconte avec ironie ce macho « sans concession » avec qui elle a vécu si longtemps, son déracinement de sa patrie natale du nord-ouest du pays. Erato peste contre cette « fichue morale » qui interdit de quitter les hommes taciturnes et violents. Adolescente déjà, Erato n’avait pas le droit de sortir. La jeune fille devait « préparer sa dot ». Erato ouvre le whisky. « Nous avons tous un CRS dans la tête qui a défini ce qui est interdit. » dit-elle en commençant sa mue. « Le silence m’a laissée seule avec lui » lance-t-elle comme une bombe. Sur fond de crise grecque et sous le choc de sa soudaine liberté, bientôt la veuve hellène explose tout à fait et prend des accents punk. Avec humour et détermination, Erato jette tout en l’air et fait sa révolution. Sous les traits sobres de l’énergique Emilie Chevrillon, on aime cette veuve joyeuse qui enfin ose tout, sa candeur face à la prostitution de sa voisine du dessus, qui finalement la sauvera d’un « coma social » dans lequel elle s’était réfugié. Sous des airs de comédie grecque, on devine la lutte contre le patriarcat qui interdit encore de nos jours aux femmes dans le monde toute liberté de pensée comme d’action. Un sujet qui résonne avec les débats actuels en France, sur le harcèlement sexuel, moral et l’exhortation à la dénonciation publique de la violence des hommes faites aux femmes. L’intelligence de l’auteur est d’offrir ici à travers le personnage d’Erato, le tableau d’une émancipation rageuse, dramatique et joyeuse à la fois sans virer dans la mélancolie ni le victimisme, qui bien souvent immobilise.

Auteur : Antoine Tsipianitis
Artistes : Émilie Chevrillon
Metteur en scène : Christophe Bourseiller
Crédit photo : LOT

Informations pratiques : la pièce « La putain du dessus » se joue du mardi au vendredi à 21h et le samedi à 16h, jusqu’au 23 Décembre 2017 au Théâtre de La Huchette. La Huchette se situe dans le quartier touristique de Saint-Michel au 23 Rue de la Huchette dans le cinquième arrondissement de Paris.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0