Soirée tendre-rock-électrique avec « Rovski » au Baiser Salé (critique et rencontre)

Soirée tendre-rock-électrique avec « Rovski » au Baiser Salé (critique et rencontre)

« La Rivière à l’Envers », un spectacle qui fait grandir les kids, tout en s’amusant !
[Critique] Moi Papa ? avec Arthur Jugnot – Le Splendid
[Avignon Off] : « LA MECANIQUE DU COEUR », d’après le roman de Mathias Malzieu, au théâtre Pandora à 10h20

Découvrir « ROVSKI », c’est avant-tout goûter la créativité poétique chuchotante et explosive de son auteur Sonia Nemirovsky. Une femme-oiseau, artiste de théâtre et musicienne, qui aborde le rock avec sa complice Olive, comme un poème sinueux et nuancé sur une partition électrique syncopée.

Pour la petite histoire, nous avons d’abord croisé l’an dernier le chemin de Sonia au théâtre Le Lucernaire avec sa pièce « Le Vol ». De fil en aiguille, nous découvrions quelques mois plus tard le groupe ROVSKI formé alors de 5 personnes. Aujourd’hui, c’est au BAISER SALÉ que nous admirons la métamorphose de ROVSKI en duo poétique, féminin moderne et inventif, toujours aussi élégant mais davantage sauvage et électrique.

Traits d’eyeliner précis, robes japonisantes sexy, Sonia et sa complice Olive-100 000 volts entrent en scène, dos à dos

Prêtes à « se battre ou faire un vers », Sonia et Olive affichent une sensualité élégante. Parfois même un petit côté boyish rafraîchissant, surtout chez Olive. C’est peu dire que les mélodieuses amazones de ROVSKI nous ont donné un sacré coup de fouet musical et textuel. Quand leurs deux voix boréales se mêlent, l’atmosphère gagne en électrons (libres) et la performance se fait davantage moderne noir-corbeau, sous le vernis de la voix lactée. Le duo étonne et frappe fort. On vogue parfois sur un air de fête foraine, la promesse de « calambours sur papier kraft » en main. Le titre phare « Crache » s’approche du slam, sur des tonalités irlandaises (l’alto magique d’Olive).

Le titre historique de ROVSKI « Barbara » prend des accents joliment rock sauvageon, tandis que « La danseuse » semble illustrer exactement la nouvelle route musicale empruntée par Rovski. Le pouvoir des mots de Sonia en rythme, couplé à l’inventivité musicale multi-instruments portée par Olive. Remarquée, l’utilisation des voix enregistrées via le « looper », ou « pédale à loop », achève de souligner les personnalités piquantes « même pas peur » du duo. Au BAISER SALÉ sur la toute dernière chanson, Sonia a du s’y prendre à plusieurs reprises face à un « looper » récalcitrant. La téméraire n’en a été que plus applaudie par un public conquis, qui découvrait alors, ce qu’était un « looper » !

« ROVSKI, c’est la rencontre entre les chansons de Sonia Nemirovsky et les talents multiples d’Olive Perrusson (alto, guitare électrique, chœurs, claviers, percussions…) » – Dossier de Presse

Encore une fois, ROVSKI nous a fait un rappel de vaccin presque vital, un massage cardiaque doublé d’un électrochoc créatif. Que notre oreiller droit soit célibataire ou pas, gardons le désir d’aimer ou de détester intacte. Poétiser la vie s’il nous en vient l’envie, ou tout envoyer en l’air et partir en Argentine, mais toujours avec classe et surtout sur du ROVSKI !

Premier EP « La Ronde » disponible depuis janvier 2015 sur Deezer, Spotify et Itunes.

Concert de ROVSKI le 10/12/2016 au BAISER SALE
Sonia NEMIROVSKY : Paroles, musique et chant / chant lead – guitare – tom basse – Pad – looper
Olive PERRUSSON : Guitares, alto, clavier, choeurs / looper

Informations pratiques : Le groupe ROVSKI se produira le 13 janvier 2017 à la Manufacture de la chanson, 124 Avenue de la République dans le onzième arrondissement de Paris. www.manufacturechanson.org/espace_cd/programme.php. La prochaine création théâtrale de Sonia Nemirovsky se jouera au théâtre parisien Le Lucernaire en Mai-Juin-Juillet 2017, dans une mise en scène de Bertrand Degrémont (qui avait déjà monté la précédente pièce « Le Vol »). Crédit photo de couverture : Marine Cessat Bleger

Olive Perrusson Touzi (ROVSKI) au Théâtre Rutebeuf le 05 novembre dernier / Crédit photo : Thomas Bader

Nous avons souhaité en savoir plus sur la nouvelle formation prometteuse de ROVSKI, sa métamorphose et ses nouveaux choix artistiques. Entretien avec Sonia Nemirovsky.

Sonia, peux-tu s’il-te-plaît nous en dire plus sur la nouvelle orientation du groupe ROVSKI ?

ROVSKI revient à l’essentiel, en prenant une direction plus moderne. Via la création d’un univers qui tient un peu de l’ordre de la magie, dans le sens où à deux nous essayons de produire un maximum de sons (avec un minimum de bras !) qui enrobent les chansons…Nous avons à présent un univers plus défini, plus assumé, plus rock parfois (comme pour Barbara, qui est plus rock electro) mais aussi plus épuré. Oui, réussir à être plus rock en étant plus épuré n’est pas chose facile (rires) !

On essaie de créer un spectacle où chaque chanson a une histoire bien à elle et s’intègre en même temps dans une cohérence globale. Par exemple la chanson « Paris » (la deuxième du concert, celle où il n’y a pratiquement pas d’accompagnement) est une sorte d’incantation, de sortilège. Tandis que la dernière chanson, « La danseuse », me fait penser à une chanson de sorcière moderne par exemple.

Comment se passe ce nouveau duo féminin ?

Olive chantait déjà avant notre duo. Elle a un groupe de folk à elle qui s’appelle « Olive & Clyde ». Elle faisait déjà partie de la formule précédente de ROVSKI et avait fait son premier concert avec le groupe en mars 2015. Depuis, les routes de chacun se sont séparées et nous travaillons sur cette nouvelle formule en duo depuis trois mois. C’est un bonheur de travailler avec Olive !

C’est un couteau suisse, on lui met n’importe quoi entre les mains, elle en fera de la musique. À deux nous sommes riches de ce que chacune apporte.

Je crois que la principale nouveauté avec ce duo, c’est la modernité. Nous avons une direction beaucoup plus moderne et c’est exactement ce que je voulais.

Comment travaillez-vous ensemble, Olive et toi ?

J’écris toutes les paroles et toutes les musiques des chansons, mais nous réfléchissons à deux sur la manière de les arranger pour servir au mieux le propos que je veux leur donner.

Nous avons pas mal de nouvelles chansons par rapport à l’an dernier.

Pour ce qui est de l’interprétation, depuis le début de cette aventure à deux, nous sommes en réalité trois : Charlotte Leonardi nous a accompagnées dans tout le travail d’interprétation et de montage du spectacle. Charlotte a fait un boulot monstre avec nous, car elle a un talent fou pour cela. Et souvent quelqu’un d’extérieur voit mieux que nous les évidences et les directions à prendre.

Un duo qui joue d’autant d’instruments. Vois-tu cela comme un nouveau défi ?

Oui, bosser avec les pédales de loop (pour faire les boucles), les multi instruments, c’était un défi. Un méga défi même, et cela nous a beaucoup nourries.

Charlotte Leonardi nous a accompagnées dans tout le travail d’interprétation et de montage du spectacle.

Le groupe ROVSKI lors de leur concert au Baiser Salé / Crédit photo : Pauline Lacombe

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0