[Théâtre] « Amants à mi-temps » une pièce pleine d’énergie au Mélo d’Amélie !

[Théâtre] « Amants à mi-temps » une pièce pleine d’énergie au Mélo d’Amélie !

« Éloquence à l’assemblée » avec Joey Starr nous régale d’intelligence entre deux tours
« La nuit à l’envers », une expérience troublante au théâtre Le Local
« Iliade » au Lucernaire, l’épopée folle dans le grenier de l’âge tendre

L’histoire se déroule dans le petit appartement de Patricia. Une garçonnière au féminin, où l’héroine très organisée, jongle entre ses deux amants mariés : Vincent du lundi 15h au mercredi 15h et Christian du mercredi 15h au vendredi 15h. Forcément, ces deux hommes à l’opposé se rencontrent, pour le plus grand plaisir de nos zygomatiques (qui font de l’exercice, mine de rien) !

Une jeune femme en déshabillé dans les bras de son chéri. Jusqu’ici tout paraît normal. Le terrien Vincent, marié avec deux enfants, est patron d’une entreprise de gros et demi-gros à Rungis. De caractère sanguin, Vincent adore sa maîtresse. Le tableau parfait de la tromperie conjugale. Sauf que Christian, adore Patricia également. A l’opposé, cet homme marié avec deux enfants, est un (faux) calme, un intellectuel maître-conférencier en philosophie à la Sorbonne, rien que ça. Ces deux hommes que tout sépare, entretiennent la même amante, à qui ils rendent visite, respectant chacun un créneau bien précis. Evidemment, la machine s’enraye et le trio prend littéralement feu !

« L’épouse unique, c’est le drame de l’homme moderne ! »

Ici le comique de répétition est roi. On aime ce texte très bien écrit, rempli d’expressions piquantes et de tirades crues hilarantes sur le mariage. Vincent se plaint de sa femme, devenue « molle », qui finit ses sudoku pendant « le coit conjugal ». Cette femme qui fait « corps avec son fauteuil ». Christian, lui, se lamente de sa femme « comme une balle de caoutchouc qui rebondit ». Dans ce foyer, même le chien est en dépression. Le ping pong textuel est ici diablement efficace. Et le public hilare en redemande. Patricia se plie en quatre pour apaiser ses deux amants. Mais le millepertuis ne sera pas suffisant, lorsque les deux amant en viennent à se rencontrer sous la douche. « Les dindons de la garce » ne manquent pas d’énergie et les jeux de mots se suivent sans se ressembler. Forcément, la farce se retourne contre Patricia, qui a plus d’un tour dans son sac même prise à son propre jeu…On vous recommande fortement cette pièce audacieuse, dans laquelle l’intrigue ne cesse de se relancer, avec des personnages admirablement bien campés par des comédiens qui osent. ‘Amants à mi-temps » nous emmène dans un ballet des cocus récréatifs à découvrir au plus vite au Mélo d’Amélie !

Auteur : Leo Pasani.
Artistes : Jérôme Paquatte ou Jean-Marie Lhomme, Bertrand Schol ou Loic Trehin, Laura Marin ou Marine Griset.
Metteur en scène : Jérôme Paquatte.

Informations pratique : la pièce « Amants à mi-temps » se joue au théâtre « Le Mélo d’Amélie » jusqu’au 31 décembre 2017. Du mardi au samedi à 21h et le dimanche à 16h. Le Mélo d’Amélie est un théâtre du quartier très vivant de Montorgueil, au 4 Rue Marie Stuart dans le deuxième arrondissement de Paris. Réservations au 01 40 26 11 11.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0