« Toxique », la légèreté des mots de Sagan au Studio Hebertot

« Toxique », la légèreté des mots de Sagan au Studio Hebertot

« Adopte un Jules.com » à la Comédie de Paris
[Concours] 5×2 places à gagner pour découvrir l’humoriste Élodie Poux à l’Apollo Théâtre !
« Iliade » au Lucernaire, l’épopée folle dans le grenier de l’âge tendre

Suite à un grave accident en avril 1957 et plusieurs tonneaux au volant de son Aston Martin, et seulement âgée de 22 ans, l’écrivain Françoise Sagan tient un  journal de son premier séjour en clinique pour un temps combattre sa dépendance à la morphine, consommée alors quotidiennement. Un moment suspendu de qualité au studio Hebertot, aux mots légers et poétiques de l’auteur, dont le génie précoce créa aussi bien dans la douleur que dans l’apaisement, sous les traits de la comédienne Christine Culerier.

Une pièce légère et furieusement moderne

Un chuchotement entre l’index et le majeur, qui miment le souffle de la cigarette, amie intime de Françoise Sagan. 3 ans après son grand succès et premier roman à 18 ans (et en 188 pages) « Bonjour Tristesse », la légèreté des volutes de la cigarette qu’on imagine instantanément. Quelques mots, le silence, le rythme des phrases et la pudeur des mots dans les maux. « Mon coeur bat trop fort ou pas assez. » écrit-elle dans sa petite chambre blanche. On découvre dans une mise en scène épurée, une comédienne à l’allure juvénile,  la voix claire et le ton gai, derrière lesquels pointe un appétit pour la vie revitalisant. Dotée d’une élégance simple qui jamais ne s’impose mais nous accompagne dans ce voyage dans le temps, Christine Culerier s’approprie avec délicatesse ce petit journal, tendre aux auteurs alors favoris de Sagan, les Apollinaire, Rimbaud et Paul Eluard qui la rassurent et la bercent dans ses insomnies de lutte. Les mots ont sans doute chez Sagan l’effet d’une petite berceuse de nuit soufflée à l’oreille des enfants aux joues rondes et au ronronnement apaisant, bientôt profondément entrainés dans les limbes de leurs songes, dont eux-seuls ont le secret.

Un texte enrichi d’extraits d’entretiens et teinté de ses lectures du moment

Sur scène, un lit, une table de chevet, des livres et aussi une chaise… Au studio Hebertot, cette pièce menée avec brio par la compagnie Le Plateau des Sources Rouges livre à travers un texte méconnu (paru en 1964), la jeune romancière dans son intimité et ses rêves d’écrivain. Une écrivaine faite de chair et de sang, qui découvre très jeune, trop jeune, la douleur solitaire, l’angoisse, la peur et la déchéance. On aime suivre ici la danse des mots épurée de celle qui fut à la fois écrivaine, dramaturge et journaliste, celle qui se sentait « la jeunesse même » et ne renonçait à rien. Qui décrivait l’ère du temps et incarnait dans le même temps cette même ère du temps. L’équipe artistique du Studio Hebertot réussit le paris de faire revivre durant 60 minutes précieuses et poétiques, l’héroïne du patrimoine culturel  français, qui avait le sens de la légèreté des mots, et souriait après l’épreuve, sans jamais fléchir totalement. A mettre devant toutes les mirettes.

« Ecrire c’est le double plaisir de raconter et se raconter une histoire. » – Françoise Sagan

Auteur : Françoise Sagan

Artistes : Christine Culerier

Metteur en scène : Christine Culerier, Michelle Ruivo

Composition musicale : Victor Paimblanc

Durée : une heure

Crédit photo : Serge Niemetz

Informations pratiques : « Toxique » se joue encore le dimanche 14 octobre 2018 à 19h30 et le lundi 15 octobre 2018 à 19h au Studio Hebertot, 78 Bis Boulevard des Batignolles dans le dix-septième arrondissement de Paris.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0